Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Thanos Anastopoulos et Davide Del Degan (Italie-Grèce-France)

"L’Ultima spiaggia" Sortie en salles le 23 novembre 2016.

Au Pedocin, une plage populaire de Trieste, les hommes et les femmes sont séparés par un mur de béton.

Bienheureux dans l’entre soi, la force des habitudes et de vieilles complicités, chacun amène avec lui sa bonne humeur ou ses nostalgies pour faire vivre ce lieu unique et pittoresque.

Le film de Thanos Anastopoulos et de Davide Del Degan, l’un grec, l’autre italien, est une réflexion douce-amère sur les frontières, les identités et les générations, une tragi-comédie sur la nature humaine et peut-être un arrêt sur image sur un dernier sursaut d’optimisme et d’insouciance assumée.

Cinéma : L'ultima spiaggia

"L’ultima spiaggia" est une immersion dans le quotidien du Pédocin une plage publique située dans le centre-ville de Trieste qui a la particularité de voir les hommes et les femmes séparés par un mur. Un mur qui date de l’époque de l’empire austro-hongrois, qui est devenu une tradition et sans doute, le dernier existant en Europe.

Jusqu’à la première guerre mondiale, Trieste appartenait à l’empire austro-hongrois. La ville est revenue à l’Italie dans l’entre-deux guerres. Tito voulait cette localité qu’il aimait beaucoup. Finalement, pour des raisons géopolitiques, Trieste est donnée à l’Italie en 1954.

Les plus âgés qui fréquentent cette plage ont vécu leur enfance sous l’influence de la culture américaine.

Le problème des migrants n’est jamais évoqué même si au cours du tournage du film, l’arrivée massive des Syriens a commencé à se produire.

La seule allusion au drame des migrants provient d’une conversation entre femmes où il est dit qu’elles ne mangent plus de poissons depuis qu’il y a tant de morts dans la Méditerranée.

" L’ultima spiaggia " signifie la dernière plage. C’est une expression qui peut signifier également la dernière chance, la dernière option.

Le documentaire s’apparente à une réflexion sur une Europe vieillissante et les personnages récurrents du récit appartiennent pour la plupart à la catégorie du troisième âge et même si ça n’est pas signifié, on peut comprendre à travers leur comportement général que ceux et celles qui fréquentent régulièrement la plage vivent seuls chez eux et que l’assiduité à fréquenter le Peducin est pour eux une nécessité pour ne pas sombrer dans une totale solitude.

Du côté des hommes, il est souvent question de la mort alors qu’il y a chez les femmes un vif désir de vivre, une joie de vivre affichée parfois jusqu’au pathétique.

Il y a, dans le documentaire de Thanos Anastopoulos une atmosphère de fin d’époque et même si la lumière d’été éclaire, quelque chose de sombre qui plane. Même si rien d’autre n’entame la bonne humeur et les éclats de rire que les lendemains incertains.

Un film tout autant vivifiant que pathétique.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)