Actualité théâtrale

Jusqu’au 29 mars à l’Espace Paris Plaine

« L’affaire de la rue de Lourcine »

Lenglumé, qui s’est rendu en cachette de sa femme à une soirée bien arrosée d’anciens élèves, se réveille le lendemain l’esprit très embrumé à côté d’un de ses anciens condisciples. Ils ne se souviennent de rien, mais trouvent des indices étranges sur ce qu’a pu être leur soirée. Comme toujours chez Labiche, de quiproquos en quiproquos, ils vont se croire coupables du meurtre d’une jeune charbonnière et vont chercher tous les moyens pour se sortir de ce mauvais pas, cherchant à liquider tous ceux qui pourraient deviner leur crime et allant même jusqu’à envisager de se supprimer l’un l’autre. Eugène Labiche a écrit ici une pièce drôle, mais presque terrifiante sur ce dont est capable un homme pour éviter d’avoir à assumer les conséquences de ses actes. Comme toujours il y a la mégère autoritaire et prétentieuse, le mari qui craint sa femme, la bonne astucieuse qui se débrouille avec les ordres contradictoires, chacun cherchant à défendre ses intérêts sans se soucier des autres et tout ce petit monde est d’une bêtise crasse.
Eric Fauveau a adapté et mis en scène cette pièce plutôt noire en la tirant résolument du côté du vaudeville déjanté qu’elle est aussi. Cela commence par un lâcher de confettis sur le public et le spectacle prend tout de suite son rythme. La joie des enfants trouve son écho dans les maladresses des personnages et dans les situations absurdes. Le passage récurrent de Mme Lenglumé (excellente Mylène Ibazatène) répétant « mais où sont-ils ? » déchaîne leurs rires tout comme le poulet qui tombe du plafond à la suite d’un coup de revolver malencontreux. Le rythme est enlevé, les entrées et sorties, si importantes dans le vaudeville, sont réglées avec une grande précision, les acteurs alternent avec talent, surprise, roublardise, inventions de plus en plus extravagantes pour se sortir des situations périlleuses où les place leur bêtise. On retiendra particulièrement Pascal Daubias dans le rôle de Lenglumé. A la sortie les enfants en rient encore, oubliant presque à quel point ces personnages sont monstrueux d’hypocrisie et prêts à tout.
Micheline Rousselet

Espace Paris Plaine
13 rue du Général Guillaumat, 75015 Paris
Les mercredis et dimanches à 15h, le samedi à 15h et 18 heures
Réservations partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 40 43 01 82

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)