Actualité théâtrale

Jusqu’au 29 mars à l’Espace Paris Plaine

« L’affaire de la rue de Lourcine »

Lenglumé, qui s’est rendu en cachette de sa femme à une soirée bien arrosée d’anciens élèves, se réveille le lendemain l’esprit très embrumé à côté d’un de ses anciens condisciples. Ils ne se souviennent de rien, mais trouvent des indices étranges sur ce qu’a pu être leur soirée. Comme toujours chez Labiche, de quiproquos en quiproquos, ils vont se croire coupables du meurtre d’une jeune charbonnière et vont chercher tous les moyens pour se sortir de ce mauvais pas, cherchant à liquider tous ceux qui pourraient deviner leur crime et allant même jusqu’à envisager de se supprimer l’un l’autre. Eugène Labiche a écrit ici une pièce drôle, mais presque terrifiante sur ce dont est capable un homme pour éviter d’avoir à assumer les conséquences de ses actes. Comme toujours il y a la mégère autoritaire et prétentieuse, le mari qui craint sa femme, la bonne astucieuse qui se débrouille avec les ordres contradictoires, chacun cherchant à défendre ses intérêts sans se soucier des autres et tout ce petit monde est d’une bêtise crasse.
Eric Fauveau a adapté et mis en scène cette pièce plutôt noire en la tirant résolument du côté du vaudeville déjanté qu’elle est aussi. Cela commence par un lâcher de confettis sur le public et le spectacle prend tout de suite son rythme. La joie des enfants trouve son écho dans les maladresses des personnages et dans les situations absurdes. Le passage récurrent de Mme Lenglumé (excellente Mylène Ibazatène) répétant « mais où sont-ils ? » déchaîne leurs rires tout comme le poulet qui tombe du plafond à la suite d’un coup de revolver malencontreux. Le rythme est enlevé, les entrées et sorties, si importantes dans le vaudeville, sont réglées avec une grande précision, les acteurs alternent avec talent, surprise, roublardise, inventions de plus en plus extravagantes pour se sortir des situations périlleuses où les place leur bêtise. On retiendra particulièrement Pascal Daubias dans le rôle de Lenglumé. A la sortie les enfants en rient encore, oubliant presque à quel point ces personnages sont monstrueux d’hypocrisie et prêts à tout.
Micheline Rousselet

Espace Paris Plaine
13 rue du Général Guillaumat, 75015 Paris
Les mercredis et dimanches à 15h, le samedi à 15h et 18 heures
Réservations partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 40 43 01 82

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)
  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)