Actualité théâtrale

Jusqu’au 29 mars à l’Espace Paris Plaine

« L’affaire de la rue de Lourcine »

Lenglumé, qui s’est rendu en cachette de sa femme à une soirée bien arrosée d’anciens élèves, se réveille le lendemain l’esprit très embrumé à côté d’un de ses anciens condisciples. Ils ne se souviennent de rien, mais trouvent des indices étranges sur ce qu’a pu être leur soirée. Comme toujours chez Labiche, de quiproquos en quiproquos, ils vont se croire coupables du meurtre d’une jeune charbonnière et vont chercher tous les moyens pour se sortir de ce mauvais pas, cherchant à liquider tous ceux qui pourraient deviner leur crime et allant même jusqu’à envisager de se supprimer l’un l’autre. Eugène Labiche a écrit ici une pièce drôle, mais presque terrifiante sur ce dont est capable un homme pour éviter d’avoir à assumer les conséquences de ses actes. Comme toujours il y a la mégère autoritaire et prétentieuse, le mari qui craint sa femme, la bonne astucieuse qui se débrouille avec les ordres contradictoires, chacun cherchant à défendre ses intérêts sans se soucier des autres et tout ce petit monde est d’une bêtise crasse.
Eric Fauveau a adapté et mis en scène cette pièce plutôt noire en la tirant résolument du côté du vaudeville déjanté qu’elle est aussi. Cela commence par un lâcher de confettis sur le public et le spectacle prend tout de suite son rythme. La joie des enfants trouve son écho dans les maladresses des personnages et dans les situations absurdes. Le passage récurrent de Mme Lenglumé (excellente Mylène Ibazatène) répétant « mais où sont-ils ? » déchaîne leurs rires tout comme le poulet qui tombe du plafond à la suite d’un coup de revolver malencontreux. Le rythme est enlevé, les entrées et sorties, si importantes dans le vaudeville, sont réglées avec une grande précision, les acteurs alternent avec talent, surprise, roublardise, inventions de plus en plus extravagantes pour se sortir des situations périlleuses où les place leur bêtise. On retiendra particulièrement Pascal Daubias dans le rôle de Lenglumé. A la sortie les enfants en rient encore, oubliant presque à quel point ces personnages sont monstrueux d’hypocrisie et prêts à tout.
Micheline Rousselet

Espace Paris Plaine
13 rue du Général Guillaumat, 75015 Paris
Les mercredis et dimanches à 15h, le samedi à 15h et 18 heures
Réservations partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 40 43 01 82

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)