Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Alessandro Capone (France-Italie)

"L’amour caché" Sortie en salles le 5 août

Après une troisième tentative de suicide, Danielle est soignée dans une clinique où la psychiatre qui la suit, au lieu de se résigner face à la résistance de sa patiente, la convainc de tenir un journal où elle noterait ses pensées…
Danielle refuse sa condition de mère et, ni elle, ni Sophie maintenant adulte, ne sont jamais parvenues à construire une relation plausible, ne fut-ce qu’au regard des autres. Un refus qui va jusqu’à la haine, malsain et destructeur…
SNES_LAmourCache Danielle n’a jusqu’ici trouvé comme échappatoire à une situation douloureuse, que cet état de démence où elle sombre et se réfugie de plus en plus. Le journal qu’elle tient quotidiennement l’aide, avec les mots, à recoller ensemble les moments désordonnés de sa vie : un mariage trop précoce, une grossesse non désirée, une rupture avec son mari et, partant de conflits habituels mère-fille, un refus profond de sa propre enfant, grossi jusqu’à la haine.
"L’amour caché" privilégie la relation de Danielle avec la psychiatre et laisse au second plan la relation mère fille. La première est évolutive et se double d’un attachement presque amical du médecin pour sa patiente. La seconde, elle, s’est figée au niveau d’un refus définitif et sans appel. Du coup, les scènes qui mettent en présence la patiente et le médecin constituent l’essentiel du film pour plusieurs raisons. D’abord parce que elles sont plus nombreuses, plus denses, qu’elles sont chargées d’une sorte d’ambiguïté et qu’elles interrogent sur les raisons de l’attachement du médecin à la patiente qui débordent ici largement les limites de la déontologie. Ensuite parce qu’Isabelle Huppert, dont on sait depuis longtemps déjà qu’elle est une formidable comédienne de cinéma, touche ici dans le jeu, à des domaines rarement atteints de sensibilité et de perfection technique. Les scènes d’entretien avec sa psychiatre sont d’immenses moments où la souffrance de Danielle devient palpable en même temps que demeurent intacts les signes de résistance, ceux – on le comprendra plus tard- qui la raccrochent à une normalité dont elle ne se sera finalement jamais départie.
"L’amour caché" est un beau film direct et simple dont la construction limpide colle à un récit qui emprunte sans emphase ni fausse prudence les méandres sombres de l’âme humaine.
L’histoire, au moment où elle n’allait être que tragique, bifurque sur une scène bucolique qui change en quelques secondes la face des choses et renvoie à une autre phase de réflexion.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Derrière les fronts »
    Le visage de docteur Jabr, psychiatre palestinienne est le reflet de la sagesse de cette femme qui, de par son métier, est doublement confrontée à la situation de son pays. Elle parcourt les... Lire la suite (23 novembre)
  • « Marvin ou la belle éducation »
    Marvin Bijou, douze ans, est un jeune garçon qui rencontre autant de difficultés dans sa vie familiale que dans les couloir du collège qu’il fréquente. Entre un père qui bricole et qui picole, une... Lire la suite (20 novembre)
  • "Thelma"
    Une première scène, énigmatique et intrigante, dans la forêt norvégienne donne sa tonalité au film, même si on ne la comprend pas immédiatement : un chasseur accompagné d’une fillette, avant d’avoir... Lire la suite (20 novembre)
  • « Argent amer »
    A peine sortis de l’adolescence, Xiao Min, Ling Ling et Lao Yeh ont les rêves de leur âge : partir et gagner leur vie. Ils quittent leur village pour tenter leur chance et grossir la masse des... Lire la suite (19 novembre)
  • « La educacion del rey »
    Le jeune Reynaldo accepte de participer à un cambriolage qui devait se dérouler sans encombres. C’était compter sans la présence d’un chien de garde. Le cambriolage tourne mal. Son frère et un ami... Lire la suite (19 novembre)