Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Alessandro Capone (France-Italie)

"L’amour caché" Sortie en salles le 5 août

Après une troisième tentative de suicide, Danielle est soignée dans une clinique où la psychiatre qui la suit, au lieu de se résigner face à la résistance de sa patiente, la convainc de tenir un journal où elle noterait ses pensées…
Danielle refuse sa condition de mère et, ni elle, ni Sophie maintenant adulte, ne sont jamais parvenues à construire une relation plausible, ne fut-ce qu’au regard des autres. Un refus qui va jusqu’à la haine, malsain et destructeur…
SNES_LAmourCache Danielle n’a jusqu’ici trouvé comme échappatoire à une situation douloureuse, que cet état de démence où elle sombre et se réfugie de plus en plus. Le journal qu’elle tient quotidiennement l’aide, avec les mots, à recoller ensemble les moments désordonnés de sa vie : un mariage trop précoce, une grossesse non désirée, une rupture avec son mari et, partant de conflits habituels mère-fille, un refus profond de sa propre enfant, grossi jusqu’à la haine.
"L’amour caché" privilégie la relation de Danielle avec la psychiatre et laisse au second plan la relation mère fille. La première est évolutive et se double d’un attachement presque amical du médecin pour sa patiente. La seconde, elle, s’est figée au niveau d’un refus définitif et sans appel. Du coup, les scènes qui mettent en présence la patiente et le médecin constituent l’essentiel du film pour plusieurs raisons. D’abord parce que elles sont plus nombreuses, plus denses, qu’elles sont chargées d’une sorte d’ambiguïté et qu’elles interrogent sur les raisons de l’attachement du médecin à la patiente qui débordent ici largement les limites de la déontologie. Ensuite parce qu’Isabelle Huppert, dont on sait depuis longtemps déjà qu’elle est une formidable comédienne de cinéma, touche ici dans le jeu, à des domaines rarement atteints de sensibilité et de perfection technique. Les scènes d’entretien avec sa psychiatre sont d’immenses moments où la souffrance de Danielle devient palpable en même temps que demeurent intacts les signes de résistance, ceux – on le comprendra plus tard- qui la raccrochent à une normalité dont elle ne se sera finalement jamais départie.
"L’amour caché" est un beau film direct et simple dont la construction limpide colle à un récit qui emprunte sans emphase ni fausse prudence les méandres sombres de l’âme humaine.
L’histoire, au moment où elle n’allait être que tragique, bifurque sur une scène bucolique qui change en quelques secondes la face des choses et renvoie à une autre phase de réflexion.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lola vers la mer »
    Lorsque Lola, jeune fille transgenre de dix huit ans est sur le point de se faire opérer, que la phase finale de sa transformation est imminente, sa mère qui l’avait toujours soutenue dans sa... Lire la suite (7 décembre)
  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)