Actualité théâtrale

Jusqu’au 28 mai au Théâtre de Belleville

« L’amour en toutes lettres »

Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs angoisses parfois, sur la sexualité, sur ce qui était la norme ou ne l’était pas, sur leur sentiment d’être écartelés entre leurs désirs et ce qui leur semblait être la doctrine et la morale chrétiennes.

Didier Ruiz, le metteur en scène, a découvert en 1996 un recueil de ces lettres rassemblées par Martine Sevegrand. Celles qui sont retenues dans ce spectacle n’ont pas eu de réponse et ont été retrouvées au Sacré Cœur dans un carton sur lequel était écrit « cas de conscience ». Il a mobilisé un groupe de comédiens, leur a distribué à chacun une lettre. Ils s’en sont emparées, les ont lues de nombreuses fois sur des scènes diverses, et pour les vingt ans de la compagnie, Didier Ruiz a eu l’idée de les rassembler pour les dire à nouveau.

Théâtre : l'amour en toutes lettres

Sur le plateau nu une femme puis deux, puis un homme, d’autres femmes et d’autres hommes, dix en tout. Ils surgissent de l’ombre de la salle, rejoignent ceux qui sont déjà sur scène, disent leur lettre puis restent là, écoutant les autres, attendant avec espoir la réponse de l’Abbé. Il y a dans leurs mots des questionnements, des revendications, des confessions et toujours l’attente d’une réponse qui leur permette de vivre une sexualité plus heureuse sans contrevenir aux préceptes de l’Église. Ce qui revient comme une antienne ce sont les dégâts de l’ignorance sur la légitimité du désir et du plaisir. C’est à l’Abbé qu’une femme demande de lui dire « ce qu’il est permis de faire et ce qui ne l’est pas », que l’un se plaint de l’éducation de sa femme au couvent dont elle est sortie frigide et dégoûtée par l’acte sexuel, tandis qu’un autre dit avec tristesse qu’il ne sait même pas « comment on se sert d’une femme ». Ce que l’on entend beaucoup aussi c’est la peur des maternités répétées, véritable fléau pour ces familles souvent déshéritées. Comment aimer son conjoint avec cette peur au ventre ? L’un demande à l’Abbé des explications sur la méthode Ogino, d’autres optent pour l’abstinence avec quelques accommodements, mais qu’en pense l’Église ?

Étrangement ces lettres n’apparaissent pas hors du temps. Le poids de l’Église s’est certes amoindri, mais dans certains milieux il est encore très fort, tout comme les préceptes qui ont cours dans la religion musulmane traditionnelle. C’est pourquoi, portés par de très bons comédiens, les interrogations de ces hommes et de ces femmes, leur chagrin, leurs attentes, leur colère parfois, nous touchent toujours.

Micheline Rousselet

Les lundis à 21h15, les mardis à 19h15

Théâtre de Belleville

94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 06 72 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)
  • « Le pays lointain (Un arrangement) »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens. Louis revient, au pays... Lire la suite (11 mars)