Actualité théâtrale

Jusqu’au 28 mai au Théâtre de Belleville

« L’amour en toutes lettres »

Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs angoisses parfois, sur la sexualité, sur ce qui était la norme ou ne l’était pas, sur leur sentiment d’être écartelés entre leurs désirs et ce qui leur semblait être la doctrine et la morale chrétiennes.

Didier Ruiz, le metteur en scène, a découvert en 1996 un recueil de ces lettres rassemblées par Martine Sevegrand. Celles qui sont retenues dans ce spectacle n’ont pas eu de réponse et ont été retrouvées au Sacré Cœur dans un carton sur lequel était écrit « cas de conscience ». Il a mobilisé un groupe de comédiens, leur a distribué à chacun une lettre. Ils s’en sont emparées, les ont lues de nombreuses fois sur des scènes diverses, et pour les vingt ans de la compagnie, Didier Ruiz a eu l’idée de les rassembler pour les dire à nouveau.

Théâtre : l'amour en toutes lettres

Sur le plateau nu une femme puis deux, puis un homme, d’autres femmes et d’autres hommes, dix en tout. Ils surgissent de l’ombre de la salle, rejoignent ceux qui sont déjà sur scène, disent leur lettre puis restent là, écoutant les autres, attendant avec espoir la réponse de l’Abbé. Il y a dans leurs mots des questionnements, des revendications, des confessions et toujours l’attente d’une réponse qui leur permette de vivre une sexualité plus heureuse sans contrevenir aux préceptes de l’Église. Ce qui revient comme une antienne ce sont les dégâts de l’ignorance sur la légitimité du désir et du plaisir. C’est à l’Abbé qu’une femme demande de lui dire « ce qu’il est permis de faire et ce qui ne l’est pas », que l’un se plaint de l’éducation de sa femme au couvent dont elle est sortie frigide et dégoûtée par l’acte sexuel, tandis qu’un autre dit avec tristesse qu’il ne sait même pas « comment on se sert d’une femme ». Ce que l’on entend beaucoup aussi c’est la peur des maternités répétées, véritable fléau pour ces familles souvent déshéritées. Comment aimer son conjoint avec cette peur au ventre ? L’un demande à l’Abbé des explications sur la méthode Ogino, d’autres optent pour l’abstinence avec quelques accommodements, mais qu’en pense l’Église ?

Étrangement ces lettres n’apparaissent pas hors du temps. Le poids de l’Église s’est certes amoindri, mais dans certains milieux il est encore très fort, tout comme les préceptes qui ont cours dans la religion musulmane traditionnelle. C’est pourquoi, portés par de très bons comédiens, les interrogations de ces hommes et de ces femmes, leur chagrin, leurs attentes, leur colère parfois, nous touchent toujours.

Micheline Rousselet

Les lundis à 21h15, les mardis à 19h15

Théâtre de Belleville

94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 06 72 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Une série de reprise
    Cette rentrée théâtrale post-confinement est marquée par une série de reprises de pièces que nous avions aimées, parmi lesquelles : « Une histoire d’amour » à La Scala à partir du 11 septembre,... Lire la suite (5 septembre)
  • « Le grand cahier »
    Ce roman d’Agota Kristof a souvent été présenté comme un roman d’apprentissage. Mais alors quel apprentissage ! Deux jumeaux sont confiés à leur grand-mère, à la campagne, par leur mère qui veut les... Lire la suite (2 septembre)
  • « Boxing shadows »
    Une jeune migrante qui vit de vols dans le métro rencontre dans la cour de son immeuble un homme plus âgé, Raymond, à qui elle vient justement de voler son portefeuille. De la rencontre entre cette... Lire la suite (30 août)
  • La Maison Maria Casares rouvre
    La Maison Maria Casares rouvre. Du 27 juillet au 20 août du lundi au vendredi à partir de 15h la Maison Maria Casares propose des spectacles en extérieur à Alloue dans les Charentes. De 15h à 18h... Lire la suite (1er août)
  • « Dans la solitude des champs de coton »
    Un dealer et son client se rencontrent ou plutôt deux solitudes s’affrontent. C’est de marchandisation des rapports humains qu’il est question dans la pièce de Bernard-Marie Koltès, mais peut-on... Lire la suite (31 juillet)