Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Romane Bohringer et Philippe Rebbot (France)

« L’amour flou » Sortie en salles le 10 octobre 2018.

Ce n’est pas que Romane et Philippe ne s’aiment plus. c’est qu’ils ne sont plus amoureux. D’autres

se contenteraient d’un amour qui s’est essoufflé et continueraient de faire avec. Mais pas eux car ils sont entiers, exigeants.

Ils vont se quitter même si le grand saut dans le vide leur donne le vertige.

Mais ils rencontrent un agent immobilier qui a tout compris et leur propose un appartement où ils pourront cohabiter en toute indépendance avec, comme pièce de liaison, la chambre de leurs deux enfants.

Mais peut-on refaire sa vie sans la défaire, peut-on se séparer ensemble ?

Cinéma : l'amour flou

Romane, c’est l’actrice Romane Bohringer et Philippe, l’acteur Philippe Rebbot et dans «  L’amour flou » ils racontent leur propre histoire. La découverte de l’ essoufflement de leur relation, ils l’ont vécue et ils ont, comme dans le film, pris la décision de mettre fin à une vie commune de dix ans jusque là riche et harmonieuse ; même si le saut dans l’inconnu de la séparation leur donne le vertige et s’ils sont conscients que leur séparation risque de nuire à leurs deux jeunes enfants avec qui ils entretiennent des rapports fusionnels.

Que va-t-il advenir de la complicité qui les unissait, des moments privilégiés qu’ils vivaient ensemble et dont ils seraient encore capables ?

La solution leur est soufflée par un promoteur. Ils habiteront sur une même surface habitable, de part et d’autre d’un espace commun qui sera celui des enfants.

Mais cette perspective de vie commune est-elle la solution idéale ? En réalité, la cohabitation même partielle n’est pas sans poser problème.

Comme l’affirme dans le film la sœur de Romane, dans le cas de la séparation d’un couple, ne vaut-il pas mieux rompre avec toute proximité ? D’autres pensent au contraire que le choix qu’ils ont fait est exemplaire.

Le choix que font Romane et Philippe pose toutes sortes de questions de cet ordre et si le film les pose totalement, il le fait sans gravité, sur le mode de la comédie assortie d’une bonne humeur qui est sans doute dans la nature de Romane Bohringer et de Philippe Rebbot.
Partant de situations réelles, ils ont ajouté à une trame de départ, des petits épisodes fictionnels inventifs et toujours drôles.

Le film fourmille de moments d’observation savoureux qui, même s’il respectent les états d’âme fluctuants de l’un et l’autre, conservent une tonalité vive et généralement optimiste.

Elle, est déterminée à suivre la voie qu’ils ont choisie envers et contre tout. Lui, se montre plus versatile.

Elle, elle espère pouvoir refaire sa vie et s’évertue à œuvrer dans ce sens en retenant la moindre possibilité qui se présente.

Lui dit n’avoir plus pour occuper sa vie que ses enfants et son travail, se dit trop paresseux pour s’engager dans une histoire amoureuse. Ce qui ne l’empêche pas quand il croise une jeune femme friande d’hommes mûrs, de la suivre chez elle et dans son lit.

Les scènes avec les membres de la famille de chacun, très contrastées, sont inénarrables, chacune dans sa tonalité.

Et les échecs amoureux de Romane Bohringer sont toujours assez drôles pour entraîner dans la comédie, les moment qui pourraient être pathétiques.

Romane Bohringer est rayonnante et Philippe Rebbot toujours surprenant dans le léger décalage.

Une vraie et franche comédie exigeante...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)