Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Xavier Giannoli (France)

« L’apparition » Sortie en salles le 14 février 2018.

Jacques, grand reporter pour un important média français, reçoit un jour un surprenant message émanant du Vatican. Dans une petite ville du Sud-Ouest de la France, une jeune fille de dix-huit ans affirme avoir assisté à une apparition de la Vierge Marie. La rumeur qui s’est aussitôt répandue a pris une telle ampleur que désormais, des milliers de pèlerins affluent pour venir se recueillir sur les lieux de l’apparition présumée. Le Vatican a contacté Jacques qui n’a jamais eu rien à voir avec ce monde et ce type de sujet pour qu’il accepte de faire partie d’une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur les événements.

Dès le premier contact avec la jeune Anna, il sait qu’il ne pourra que répondre favorablement à la demande que le Vatican lui a faite. Il découvre très vite le monde qui gravite autour de la jeune fille dont les activités l’intriguent. Sa curiosité finit par le pousser à découvrir autant la vérité sur la sincérité d’Anna que les raisons des motivations de tous ces gens qui l’entourent.

Cinéma : L'apparition

Dans l’un de ces précédents film «  A l’origine » Xavier Giannoli abordait indirectement un sujet proche de la foi : une autoroute qui ne mènerait jamais nulle part et à laquelle tous s’efforçaient de croire. Lorsque le cinéaste a connu l’existence de commissions d’enquêtes commandées par le Vatican concernant des faits supposés surnaturels, miracles de guérisons ou apparitions et qui ne regroupent pas forcément des religieux, les doutes qu’il pouvait avoir à leur propos est devenu une force de vie, puis une tentation de cinéma. Il aborde et traite le sujet sans a priori et à hauteur d’homme sans apparaître comme un philosophe ou un théologien mais comme quelqu’un à la recherche de vérité.

Le journaliste qui va accepter d’appartenir à la commission dépêchée par le Vatican n’est ni croyant, ni athée. Il est seulement sceptique face à un fait tout simplement incroyable, un homme libre qui voudrait simplement démêler le vrai du faux. Jacques a décidé de s’aventurer dans cette enquête sachant qu’il y a dans le domaine de nombreux imposteurs qui sont prêts à tout pour faire croire qu’ils ont été les témoins d’un signe de Dieu ; sachant qu’ils existe une liste de faits « apparitionnaires » qui ont été authentifiés par le Vatican ; et peut-être qu’il souhaitait croire à la sincérité de la jeune fille, en dépit du doute légitime.

Si Xavier Giannoli explore la part intime du sujet, il va bien au-delà et élargit son propos à la fin du film en allant au contact de quelque chose relevant du chaos du monde moderne. Le film s’achève dans le plus grand camp de réfugiés du Moyen-Orient, à la frontière syrienne. En se terminant dans le « désert des origines », le voyage de Jacques revient à relativiser les choses, et, tout en respectant la vérité de ce qu’il a vécu avec sa rencontre avec Anna et l’environnement de l’événement, il éprouve la nécessité de déposer une petite icône brûlée sur les marches d’un monastère comme on déposerait un enfant qu’on abandonne devant une église.

Vincent Lindon est plus que jamais parfait et Xavier Giannoli lui a donné comme partenaire Galatea Bellugi, l’incarnation s’il en est de la pureté.On avait vu cette jeune comédienne dans «  Réparer les vivants  ». Elle est merveilleuse d’innocence pour incarner cet être à la marge de toute réalité et pourtant tellement réelle.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)