Actualité théâtrale

"L’apprentissage" au Théâtre des Déchargeurs jusqu’au 20 décembre

Le théâtre des Déchargeurs reprend dans ses murs L’apprentissage, un spectacle créé au Centre National de Besançon et de Franche Comté, mis en scène par Sylvain Maurice. Un texte que Lagarce écrivit en 93, qu’il considérait comme un récit de renaissance, et dans lequel il raconte à la première personne la phase de sa maladie où, sortant de plusieurs jours de coma, il redécouvre ses sens : l’ouie, la vue, la parole. Il s’agit de sensations, d’émotions mais surtout du regard qu’il pose sur un monde qu’il redécouvre. L’ironie cruelle et la méchanceté qui animent son récit, sont les deux éléments dont il a besoin pour continuer à vivre. L’hôpital, passé par son regard devient le lieu d’une féroce comédie humaine.
Jean-Luc Lagarce n’est pas un auteur facile à mettre en scène. Ni à interpréter. Comment faut-il traiter l’humour des textes qu’il écrivit pendant sa maladie, sachant qu’il est dérisoire et qu’il n’est là que pour masquer, mais à peine, une profonde angoisse ? Comment rendre le rire de l’auteur quand il est dérisoire, quand on sait que la mort guette et qu’elle aura le dernier mot ? La pente humoristique est à tenter mais il ne faut pas qu’un jeu trop libre, trop expressif, n’entame la musique de la langue, le rythme, le jeu sur la concordance des temps, les redites ou le tâtonnement verbal à la recherche du mot juste. Le danger guette le texte en général mais il menace aussi chaque phrase, chaque mot. Le travail sur un texte de Lagarce est un travail d’orfèvre. Alain Macé, peut-être parce qu’il a connu Lagarce et qu’ils ont travaillé ensemble, à Besançon, notamment sur Les préparatifs d’une noce à la campagne, réussit à tracer un chemin entre tous les obstacles, toutes les difficultés qu’offre ce monologue à vif. Quand l’ironie est là, l’émotion est également présente et on applaudit sans compter à la fin du spectacle, la performance d’acteur, le sans faute, le jeu acrobatique et mesuré.
Le théâtre des Déchargeurs est un lieu qui vaut vraiment le détour. Les spectacles qu’on y donne sont de grande qualité. C’est la deuxième fois en trois ans que Lagarce y est programmé avec bonheur.
Francis Dubois

Théâtre des Déchargeurs
3 rue des Déchargeurs
75001 PARIS
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 08 92 70 12 28 – M° Chatelet - www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)