Actualité théâtrale

"L’apprentissage" au Théâtre des Déchargeurs jusqu’au 20 décembre

Le théâtre des Déchargeurs reprend dans ses murs L’apprentissage, un spectacle créé au Centre National de Besançon et de Franche Comté, mis en scène par Sylvain Maurice. Un texte que Lagarce écrivit en 93, qu’il considérait comme un récit de renaissance, et dans lequel il raconte à la première personne la phase de sa maladie où, sortant de plusieurs jours de coma, il redécouvre ses sens : l’ouie, la vue, la parole. Il s’agit de sensations, d’émotions mais surtout du regard qu’il pose sur un monde qu’il redécouvre. L’ironie cruelle et la méchanceté qui animent son récit, sont les deux éléments dont il a besoin pour continuer à vivre. L’hôpital, passé par son regard devient le lieu d’une féroce comédie humaine.
Jean-Luc Lagarce n’est pas un auteur facile à mettre en scène. Ni à interpréter. Comment faut-il traiter l’humour des textes qu’il écrivit pendant sa maladie, sachant qu’il est dérisoire et qu’il n’est là que pour masquer, mais à peine, une profonde angoisse ? Comment rendre le rire de l’auteur quand il est dérisoire, quand on sait que la mort guette et qu’elle aura le dernier mot ? La pente humoristique est à tenter mais il ne faut pas qu’un jeu trop libre, trop expressif, n’entame la musique de la langue, le rythme, le jeu sur la concordance des temps, les redites ou le tâtonnement verbal à la recherche du mot juste. Le danger guette le texte en général mais il menace aussi chaque phrase, chaque mot. Le travail sur un texte de Lagarce est un travail d’orfèvre. Alain Macé, peut-être parce qu’il a connu Lagarce et qu’ils ont travaillé ensemble, à Besançon, notamment sur Les préparatifs d’une noce à la campagne, réussit à tracer un chemin entre tous les obstacles, toutes les difficultés qu’offre ce monologue à vif. Quand l’ironie est là, l’émotion est également présente et on applaudit sans compter à la fin du spectacle, la performance d’acteur, le sans faute, le jeu acrobatique et mesuré.
Le théâtre des Déchargeurs est un lieu qui vaut vraiment le détour. Les spectacles qu’on y donne sont de grande qualité. C’est la deuxième fois en trois ans que Lagarce y est programmé avec bonheur.
Francis Dubois

Théâtre des Déchargeurs
3 rue des Déchargeurs
75001 PARIS
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 08 92 70 12 28 – M° Chatelet - www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)
  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)