Actualité théâtrale

Au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, jusqu’au 28 mars

"L’arbre d’amour" Textes d’Henri Gougaud. Mise en espace, scénographies et marionnettes, Ezéquiel Garcia-Romeu

"Les contes ne parlent pas du monde de l’enfance, mais de l’enfance du monde" dit Henri Gougaud, magistral et modeste conteur.
Sur le plateau de la petite salle du Théâtre d’Aubervilliers, deux tables, un dispositif de lumières et quelques marionnettes. D’entrée une complicité s’établit entre le conteur et son comparse marionnettiste, Ezéquiel Garcia-Romeu. Il échangent à voix basse, en aparté, établissant d’emblée entre eux et bientôt avec le public une convivialité souriante, une invitation à partager…
Henri Gougaud a le regard tendre de ceux qui tutoient Dieu sans insolence et qui ne renient pas, loin delà, les jouissances terrestres. Celles qui subsistent et dont les conteurs de notre vingt et unième siècle peuvent encore faire la matière de leur rêverie. Et quand elles viennent à manquer, ils réinventent l’innocence fondamentale qui manque à nos cœurs.
Pour Henri Gougaud, lueur malicieuse dans l’œil, celui qu’il appelle "l’inspirateur du Monde" est celui qui parfume l’air, ravive les couleurs, exalte les paroles, celui qui fait en somme tout le travail divin…
Henri Gougaud nous livre ses contes avec une simplicité toute conviviale. Une légère pointe d’accent accompagne les textes et le moindre geste est animé de la chaleur de l’offre et de l’invitation.
Une bouffée d’air frais. Un vrai régal…
Francis Dubois
Théâtre de la Commune d’Aubervilliers.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16
www.theatredelacommune.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)