Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point. jusqu’au 6 octobre 2012

"L’atelier volant" Partenaire Réduc’snes

"L’atelier volant"
Texte et mise en scène de Valère Novarina

" L’atelier volant " est la toute première pièce qu’a écrite en 1971, Valère Novarina.

La première mise en scène de Jean-Pierre Sarrazac fut donnée à Suresnes en 1974. Cette fois-ci, sur le plateau de la salle Renaud-Barrault du Théâtre du Rond-Point, elle est de l’auteur lui-même.

Quarante années plus tard, pas un mot n’a été changé (pas une syllabe) et même si quelques coupes ont été opérées, le texte qu’on entend est resté à l’identique.

Sur scène, un trio patronal constitué de monsieur Boucot, madame Bouche et du docteur.

Face à eux, cinq ouvriers fabriquent de mystérieux objets voués à la destruction (?).

Le rythme de production doit être soutenu, voire accéléré, sans pour autant que les salaires n’augmentent.

Car, se plaint monsieur Boucot, quand la production augmente, c’est l’exportation des objets qui devient problématique.

Les employés contestent mais bientôt, apparaît sous la lutte des classes, la lutte des langues.

Le langage de l’un devient incompréhensible à l’autre.

Tous les thèmes qui apparaîtront dans les pièces suivantes de Valère Novarina existent dans celle-ci à l’état primitif.

Le premier constat qu’on peut faire à l’écoute de "L’atelier volant " c’est que, depuis quarante ans, le monde n’est pas allé dans le bon sens et que s’il a changé, c’est qu’il a empiré.

Le texte décrit le fonctionnement, avec ses métamorphoses et ses mutations, d’une petite entreprise "familiale" où cependant, les ouvriers n’ont pas de nom (ils sont immatriculés A,B,C,D,E) et où l’équipe de direction oscille entre paternalisme, rigueur et intransigeance.

" L’atelier volant " est une pièce didactique constituée de séquences récurrentes, voire répétitives. Et si le constat politique existe bien chez Novarina, l’intérêt est surtout dans le texte lui-même, dans la façon dont est conduit, traité le langage, depuis une limpidité basique jusqu’à une langue inventée, incompréhensible, même si certaines sonorités familières, peuvent servir de repères.

Le spectacle est drôle, parfois cocasse. Les situations absurdes s’imbriquent parfaitement. Le décor et les costumes s’apparentent au domaine du cirque et les comédiens bondissants, gesticulants, expressifs, ont des airs de clowns.

Pourtant, il n’est pas certain qu’avec ce parti-pris de mise en scène, Valère Novarina ne trahisse pas son texte lorsque son souci de maintenir un rythme effréné fait basculer le spectacle dans une agitation où l’on se perd un peu et qui va jusqu’à "faire désordre".

Le public rit souvent et on aimerait savoir de quoi. Est-ce du texte qui fait écho à notre époque, des situations burlesques isolées du contexte, du jeu parfois outré des comédiens ?

Car "L’atelier volant " est-il bien, dans le fond, un texte "à rire" ?

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point, 2 bis Avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris

www.theatredurondpoint.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)