Actualité théâtrale

Jusqu’au 11 février au Théâtre 13/Seine

« L’autobus »

Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal sur une route imprévue, sinueuse, bordée de précipices.

C’est une satire féroce et drôle du régime communiste des années 1960-1970 que nous propose l’auteur bulgare Stanislav Stratiev, dans cette pièce écrite en 1980. À la différence d’autres pays socialistes il n’y a eu dans cette période ni dissidence organisée ni révolte populaire en Bulgarie. Dans la pièce, les passagers se soumettent aux décisions du chauffeur et s’en remettent aux explications changeantes du « raisonnable », qui refuse de voir que le bus fonce sur un itinéraire aussi improbable que périlleux et propose avec constance de « réfléchir » ou insiste pour que d’aucuns fassent quelque chose ! Mais on peut aussi y voir un miroir de certains aspects de notre société. Face à l’incohérence du pouvoir, chacun est tétanisé à l’idée de perdre ses acquis, chacun attend que l’autre s’expose, l’individualisme et l’indifférence règnent. Au lieu de coopérer les passagers acceptent lâchement de foncer vers l’abîme jusqu’au moment où paniqués, ils vont choisir un bouc émissaire.

Théâtre : L'autobus

Sur scène un autobus plutôt déglingué où prennent place peu à peu les neuf passagers, un musicien gonflé de vanité, un couple qui se prétend divorcé pour conserver ses deux appartements, deux jeunes amoureux, un paysan qui pour rentrer dans son village passe d’omnibus en omnibus, lesquels semblent tous avoir perdu toute boussole, un « homme déraisonnable », très porté sur la bouteille et un « homme raisonnable » qui ressemble à un notable de l’époque communiste. C’est par leurs mouvements et le hurlement des freins et des pneus qui dérapent que le spectateur éprouve les virages imprévus, les arrêts brutaux et les pertes de contrôle du conducteur. Si le travail sur les corps s’approche de celui des clowns, Laurence Renn Penel, la metteure en scène réussit à rester sur le fil qui évite de tomber dans un univers clownesque. On est dans un burlesque qui entre en collision avec la cruauté croissante des situations. Elle dirige avec beaucoup de précision le travail choral des acteurs pour réussir ce décalage entre une situation pleine de dangers et le ridicule de l’attachement de chacun des passagers à son confort et à son intérêt. Dans cet univers cruel seule la jeune amoureuse échappe à la lâcheté de tous. Le travail choral des acteurs est particulièrement réussi et assure une soirée où le rire noir parvient à nous arrêter dans cette course à l’abîme.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Théâtre 13 / Seine

30 rue du Chevaleret, 75013 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 88 62 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le dernier jour d’un condamné »
    En 1829, Victor Hugo publie « Le dernier jour d’un condamné » , un réquisitoire politique pour l’abolition de la peine de mort. Le jeune metteur en scène Cedric Coppola et la comédienne Pauline Smile... Lire la suite (11 janvier)
  • « Un jour en octobre »
    Dans une petite ville de province une jeune fille, Catherine, vient d’accoucher en cachette. Lors de l’accouchement, son précepteur, l’abbé Jattefaux l’a entendue prononcer le nom du père, le... Lire la suite (9 janvier)
  • « Penser qu’on ne pense à rien, c’est déjà penser quelque chose »
    Dans leur boutique désertée, Paul Bert et Gérald pensent que notre époque bavarde a fait le tour de tous nos sujets de conversation. Leur activité lucrative consiste à inventer des dialogues qu’ils... Lire la suite (Décembre 2017)