US 779 du 9 juin 2019

L’effet « Blanquer » Sur les séries technos

Le ministre a annoncé ne pas modifier la structure de la voie technologique et en conserver les séries. Mais si l’on regarde de près les grilles horaires et la répartition des enseignements, la réalité est à nuancer.

Choix draconiens

Pour les séries technologiques, la comparaison stricte des grilles horaires du lycée Blanquer avec les grilles actuelles fait apparaître un léger tassement des horaires élèves excepté pour les classes terminales, notamment ST2S et STL qui perdent plus de deux heures élèves dues à la suppression de la physique du tronc commun.
Mais les conséquences dans les lycées sont plus importantes. Par exemple dans ce lycée de l’Isère (lycée La Pléiade Pont-de-Chéruy), si les trois classes de STMG vont, à peu près, conserver leur dotation, celles de STI2D vont voir la leur diminuer de près de 10 %. Bien sûr, la baisse de la marge horaire notamment en STI2D aura des effets sur les dédoublements, surtout si cette marge est utilisée pour compenser la perte de l’accompagnement personnalisé.

Mais c’est surtout au niveau des répartitions entre disciplines de tronc commun et de spécialités que les effets sur les services des enseignants vont être les plus importants : dans l’industriel, la diminution des horaires ­d’enseignements technologiques est sensible, même si le volume des enseignements de spécialité, grâce à l’apport de celui de physique-chimie et mathématiques (dont les contenus restent mystérieux...), est supérieur à celui de la voie générale.

La place des enseignements spécifiques, dans l’industriel comme en économie-gestion (avec par exemple « ressources humaines et communication », que le SNES-FSU a réussi à imposer), aura une importance sur les choix d’orientation des futurs bacheliers, et sera déterminée par l’orientation que prendront les activités de projets. L’enjeu est aussi le développement, ou non, des filières de BTS et de leur recrutement.

Les conséquences les plus importantes de la réforme Blanquer vont se situer au niveau de la classe de Seconde, avec les enseignements technologiques qui deviennent facultatifs. Comment pourra-t-on inciter les élèves à les choisir, et comment les jeunes pourraient s’orienter vers les formations technologiques sans eux ?

Thierry Reygades

Autres articles de la rubrique US 779 du 9 juin 2019

  • Voie générale : Un lycée parmi d’autres
    Dès la parution des arrêtés organisant la voie générale, les collègues du lycée A.-Argouges à Grenoble ont essayé d’estimer les conséquences concrètes pour le lycée. Scolarisant environ 500 élèves dans la... Lire la suite (27 juin)
  • Réforme du lycée : L’effet de souffle
    La réforme du lycée crée les conditions d’une offre de formation réduite associée à une augmentation supplémentaire des effectifs par classe. Chacun peut mesurer le coup de rabot sur les dotations que... Lire la suite (27 juin)
  • Réforme Blanquer pour la voie générale
    Un horaire de 26 h 30 en Seconde contre 28 h 30 aujourd’hui. Disparition des séries pour des parcours fondés sur trois spécialités en Première de 4 heures et deux en Terminale de 6 heures. Aucune... Lire la suite (27 juin)
  • Lycée Blanquer : Suppressions de postes en perspective
    Emmanuel Macron a réitéré son engagement de campagne de suppression de 120 000 emplois de fonctionnaires. Qui peut penser que l’Éducation nationale, premier employeur dans la Fonction publique d’État,... Lire la suite (27 juin)
  • Les points clés de la réforme
    La réforme, qui sera mise en application à la rentrée 2019, touche d’abord les cursus de formation : le CAP serait à durée modulaire (entre une et trois années en fonction du parcours des jeunes, en... Lire la suite (27 juin)