Actualité théâtrale

L’Atalante jusqu’au 29 décembre 2011

"L’épreuve" et "Les acteurs de bonne foi" Partenaire Réduc’snes

"L’épreuve" et "Les acteurs de bonne foi" de Marivaux Mises en scène Agathe Alexis et Robert Bouvier.

 Dans "L’épreuve" , Angélique, jeune et jolie campagnarde, est éprise de Lucidor, un riche parisien qui le lui rend bien. Cependant, pour être certain que la jeune fille ne l’aime pas uniquement pour sa fortune, il monte un stratagème. Il charge son valet Frontin, après s’être présenté comme un homme très riche, de faire la cour à Angélique.

Dans "Les acteurs de bonne foi", madame Amelin a demandé à son valet Merlin d’imaginer un impromptu dans le but de distraire madame Argante. Merlin s’exécute avec le concours d’un fils de fermier, d’une servante et de la fille du jardinier. Alors que les noces d’Angélique et d’Eraste sont sur le point d’être célébrées, madame Amelin annonce qu’elle destine dorénavant son neveu Eraste à son amie Araminte…

La première bonne idée est d’avoir associé pour un même spectacle ces deux courtes pièces de Marivaux qui présentent de nombreux signes de parenté.

Une autre bonne idée était de les jouer l’une à la suite de l’autre, sans entracte, de sorte qu’une familiarité s’installe entre le spectacle et le public, puisque, même s’ils ne sont pas attribués aux mêmes comédiens, beaucoup de noms de personnages sont communs aux deux textes.

Et, comme les deux mises en scène sont dans des tonalités proches, les deux pièces ainsi associées forment vraiment un tout.

Agathe Alexis semble s’être beaucoup amusée à travailler sur "L’épreuve". Elle a opté pour une mise en scène légère et espiègle, bon enfant au point que les anachronismes qu’elle glisse ça et là apparaissent comme du meilleur goût. On ne s’étonne pas de voir Lucidor dans son costume à basques chausser des lunettes de soleil, ou de surprendre Angélique et Lisette, telles deux collégiennes délurées, griller en cachette une cigarette.

Le jeu des comédiens est complice de la mise en scène et si la gestuelle est vive, le texte dit tambour battant, nul ne mord le trait ou ne cède à la facilité. Ils sont ravissants, talentueux et s’amusent pendant que le public rit, tout acquis à leurs prestations.

La mise en scène qu’a imaginée Robert Bouvier pour "Les acteurs de bonne foi" est peut-être un peu plus sage. Il semble, que pour cette pièce, il ait laissé toute liberté aux jeunes comédiens mais surtout à ceux plus chevronnés qui donnent leur partition avec une maitrise et une drôlerie majestueuses.

Maria Verdi (Madame Argante) et Agathe Alexis (Madame Amelin) se donnent la réplique avec une jubilation communicative.

Et en regardant se dérouler ce spectacle dans l’intimité du tout petit lieu qu’est le Théâtre de l’Atalante, on a cette impression rare de partager avec les comédiens le plaisir qu’ils nous procurent.

Une très belle soirée.

Un spectacle à recommander dès les grandes classes de collège.

 
Francis Dubois

 L’Atalante 10 place Charles Dullin 75018 Paris

À l’affiche

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 06 11 90

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)