Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de David Perrault (France)

« L’état sauvage » Sortie en salles le 26 février 2020.

Aux États-Unis, en 1861, la guerre de Sécession fait rage. Une famille de colons français décide de quitter le Missouri où ils étaient installés depuis vingt ans. Le père Edmond, le mère Madeleine et leurs trois filles Abigaelle, Justine et la benjamine Esther se lancent dans l’aventure de la traversée du pays dans le but de prendre un bateau qui les conduira en France.
Afin d’assurer leur sécurité, ils font appel à un ancien mercenaire au comportement mystérieux dont ils ignorent tout du passé douteux et qu’il est poursuivi par un groupe déterminé à se venger qui le soupçonne de les avoir trahis.

Cinéma : L'état sauvage

« L’état sauvage » ouvre sur une séquence relatant l’ambiance qui régnait parmi la communauté des colons pendant la guerre de sécession. A cette séquence succède celle au cours de laquelle apparaît le personnage de Victor face à une situation délicate quand on découvre que les diamants qu’il a livrés n’avaient aucune valeur et qu’il est soupçonné d’avoir gardé pour lui le vrai butin.
La proposition que lui fait le colon Edmond de leur servir de guide présente pour lui un double intérêt, celui d’un contrat juteux et celui, en entreprenant cette expédition, d’échapper aux menaces des trafiquants dont on ne saura jamais s’ils ont été ou pas, les victimes de la malhonnêteté de Victor ou si lui même a été grugé.
A compter de ce moment, le récit quitte les lieux confinés pour ouvrir sur les grands espaces où la famille de colons va s’engager pour tenter de rejoindre le bateau qui les conduira en France.
On entre dès lors dans l’univers du western, l’équipée vulnérable avançant sous la conduite d’un ancien mercenaire.
Dès ce moment le film de David Perrault obéit à tous les aléas de ce genre d’embarcation, les menaces latentes, les intempéries, les chemins escarpés où la caravane risque de verser dans le vide, la nécessité de se débarrasser du surplus de bagages ainsi que l’attirance de la benjamine des filles de la famille pour l’ancien mercenaire, nécessairement bel homme et assez mystérieux pour entretenir l’attirance et le désir qui bientôt ne manqueront pas d’être partagés.
Tout se passerait vaille que vaille si l’on ne découvrait que les poursuivants de Victor ont retrouvé sa trace.
Mais pourquoi David Perrault a-t-il fait le choix de faire de tous ses personnages des êtres si avares de la parole pour qui tout se joue dans le regard ?
Cette option, dont il se dégage un charme narratif incontestable, apporte par ailleurs au récit une lenteur qui se met en rupture avec les codes habituels du western et met le film à mi-chemin entre le film d’aventures et une œuvre plus contemplative.
Malgré ce balancement narratif « L’état sauvage » emporte l’adhésion et dégage un intérêt constant.

« L’état sauvage » est un film d’une belle ampleur qui, sans jamais « esthétiser » offre à contempler de magnifiques paysages.
La distribution est parfaite, la construction du récit convaincante.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)