Actualité théâtrale

Jusqu’au 29 mars au Théâtre de la Tempête

« L’éveil du printemps »

La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait l’avalanche de questions qu’ils se posent sur la sexualité, sur eux et sur le monde. Elle exaltait leur pulsion de vie écrasée par des parents et des enseignants qui, par hypocrisie et pudibonderie, veulent les maintenir dans l’ignorance, au prétexte qu’ils ne sont encore que des enfants. Wendla Bergman ( vibrante Judith Williquet) meurt faute d’avoir été instruite par sa mère, qui en est encore à lui raconter que ce sont les cigognes qui apportent les bébés, tandis qu’elle rêve de se faire fouetter et sera incapable de comprendre ce qui lui arrive quand elle sera violée. Nadège Cathelineau offre le portrait ambigu d’une Ilse mi-naïve mi-perverse qui est passée du côté des modèles d’artistes et s’offre à qui la veut. Moritz Stiefel (Nicolas Luçon), préoccupé par une puberté envahissante et le désir de réussir à l’école pour satisfaire les espoirs de ses parents, ne s’en sort pas mieux. Melchior (Julien Frégé) plus brillant, mais aussi plus lucide sur l’hypocrisie de son temps, ne sortira pas indemne non plus.

Théâtre : L'éveil du printemps

Aujourd’hui, alors que tant d’interdits ont sauté, la pièce pourrait paraître moins audacieuse. Mais ce serait compter sans l’énergie et la jubilation qui envahit la jeune troupe dirigée par Armand Roussel. Accompagnés par deux musiciennes-chanteuses du groupe Juicy (en alternance avec Elbi) qui ouvrent le ban sur un rythme d’enfer, les onze comédiens s’emparent de la vingtaine de rôles avec une énergie et une sensualité débridées. Tous font ressentir ce que la pièce véhicule d’ironie, d’amertume et de drame. Jeunes filles et jeunes gens arrivent en groupes. Les filles pouffent de rire, dansent comme des folles en soulevant leur jupe et ricanent quand passent les garçons. Ceux-ci jouent au ballon, friment en petits dragueurs maladroits. Les filles n’hésitent pas à jeter leur culotte et les garçons à se masturber en chœur. Armand Roussel jette aux orties la pudibonderie bienséante et ose tout. Le sol couvert d’une terre meuble offre avec ses monticules et ses courbes un terrain de jeu propice à la sensualité des corps qui s’y roulent et s’en recouvrent. Face à ces adolescents, les parents et les éducateurs, encombrés d’une morale prude et castratrice, s’emploient à écraser leur pulsion de vie. L’ironie de Franck Wedekind à leur égard est amplifiée par la mise en scène. Dans la scène du conseil de discipline qui va condamner Melchior, le spectateur ne sait plus s’il doit s’indigner ou exploser de rire devant tant de médiocrité.

Tous ces jeunes acteurs font souffler sur la scène un grand vent de liberté et d’audace iconoclaste. Une vraie bombe, à voir absolument !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Théâtre de la Tempête

Cartoucherie, route du Champ-de-Manoeuvre, 75012 Paris

Réservations : 01 43 28 36 36

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)