Actualité théâtrale

Jusqu’au 29 mars au Théâtre de la Tempête

« L’éveil du printemps »

La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait l’avalanche de questions qu’ils se posent sur la sexualité, sur eux et sur le monde. Elle exaltait leur pulsion de vie écrasée par des parents et des enseignants qui, par hypocrisie et pudibonderie, veulent les maintenir dans l’ignorance, au prétexte qu’ils ne sont encore que des enfants. Wendla Bergman ( vibrante Judith Williquet) meurt faute d’avoir été instruite par sa mère, qui en est encore à lui raconter que ce sont les cigognes qui apportent les bébés, tandis qu’elle rêve de se faire fouetter et sera incapable de comprendre ce qui lui arrive quand elle sera violée. Nadège Cathelineau offre le portrait ambigu d’une Ilse mi-naïve mi-perverse qui est passée du côté des modèles d’artistes et s’offre à qui la veut. Moritz Stiefel (Nicolas Luçon), préoccupé par une puberté envahissante et le désir de réussir à l’école pour satisfaire les espoirs de ses parents, ne s’en sort pas mieux. Melchior (Julien Frégé) plus brillant, mais aussi plus lucide sur l’hypocrisie de son temps, ne sortira pas indemne non plus.

Théâtre : L'éveil du printemps

Aujourd’hui, alors que tant d’interdits ont sauté, la pièce pourrait paraître moins audacieuse. Mais ce serait compter sans l’énergie et la jubilation qui envahit la jeune troupe dirigée par Armand Roussel. Accompagnés par deux musiciennes-chanteuses du groupe Juicy (en alternance avec Elbi) qui ouvrent le ban sur un rythme d’enfer, les onze comédiens s’emparent de la vingtaine de rôles avec une énergie et une sensualité débridées. Tous font ressentir ce que la pièce véhicule d’ironie, d’amertume et de drame. Jeunes filles et jeunes gens arrivent en groupes. Les filles pouffent de rire, dansent comme des folles en soulevant leur jupe et ricanent quand passent les garçons. Ceux-ci jouent au ballon, friment en petits dragueurs maladroits. Les filles n’hésitent pas à jeter leur culotte et les garçons à se masturber en chœur. Armand Roussel jette aux orties la pudibonderie bienséante et ose tout. Le sol couvert d’une terre meuble offre avec ses monticules et ses courbes un terrain de jeu propice à la sensualité des corps qui s’y roulent et s’en recouvrent. Face à ces adolescents, les parents et les éducateurs, encombrés d’une morale prude et castratrice, s’emploient à écraser leur pulsion de vie. L’ironie de Franck Wedekind à leur égard est amplifiée par la mise en scène. Dans la scène du conseil de discipline qui va condamner Melchior, le spectateur ne sait plus s’il doit s’indigner ou exploser de rire devant tant de médiocrité.

Tous ces jeunes acteurs font souffler sur la scène un grand vent de liberté et d’audace iconoclaste. Une vraie bombe, à voir absolument !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Théâtre de la Tempête

Cartoucherie, route du Champ-de-Manoeuvre, 75012 Paris

Réservations : 01 43 28 36 36

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Les Molières le 23 juin
    La cérémonie des Molières est maintenue, dans le respect des règles sanitaires, et sera diffusée en prime time le 23 juin sur France 2. Elle rappelle, en ces temps où l’avenir est encore incertain et... Lire la suite (25 mai)
  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)