Actualité théâtrale

6, 7, 8 novembre au TNB à Rennes, 15 et 16 novembre à la Maison de la Culture du Japon, en tournée ensuite

« L’expérience de l’arbre »

En 2008 le jeune acteur Simon Gauchet s’initie pendant un mois au Japon au théâtre Nô de l’école Kongo avec un maître, Tatsushige Udaka. À la fin de sa formation, alors qu’il doit repartir en France, il souhaite payer son professeur. Celui-ci refuse mais lui demande de revenir pour lui transmettre à son tour des éléments de son théâtre occidental. Dix ans plus tard Simon Gauchet, à l’occasion d’une résidence de trois mois à la Villa Kujoyama, va honorer sa promesse. L’expérience de l’arbre est le récit de cette transmission.

Théâtre : l'expérience de l'arbre

Sur la scène Simon Gauchet, en jean, et Tatsushige Udaka en costume traditionnel du Nô se transmettent leurs théâtres. À la récitation de Tête d’or de Claudel par Simon Gauchet répond un Nô du XIVème siècle de Tatsushige Udaka. La façon de placer la voix, la gestuelle, l’utilisation de l’éventail, les pas glissés tout devient objet d’observation et de questionnement pour les deux acteurs. Chacun devient le professeur de l’autre et chacun avance dans un mélange de sérieux, d’application et d’humour. On sourit à la difficulté qu’a le Japonais à prononcer nos « r » et à celle du français à faire correctement les gestes codifiés depuis des siècles du Nô. A la surprise de Simon Gauchet devant les tons de la récitation du Nô répond celle du Japonais quand l’acteur français imite la voix perçante d’Antonin Artaud ou se lance dans une fable de La Fontaine récitée à la façon baroque. Accompagnés par la musique jouée à la guitare électrique par Joachim Pavy, qui de façon surprenante trouve ici très bien sa place, les deux hommes font apparaître des corrélations. La lampe que l’on laisse allumée la nuit dans les théâtres vides en Occident et que l’on appelle au Royaume Uni « the ghost light » semble nous renvoyer aux fantômes qui se cachent sous les masques dans le théâtre Nô.

Au-delà du jeu, les deux acteurs se dévoilent des mythologies comme celle de l’arbre considéré comme un lien entre la terre et le ciel, les Hommes et les Dieux et à ce titre incarnant la filiation et la transmission. Dans le théâtre Nô c’est un pin. Cet arbre paisible qui résiste aux tempêtes est toujours peint au fond de tous les théâtres. Sur la scène les deux hommes vont reconstituer un arbre à l’image du « pin du miracle », ce pin resté debout après le tsunami de Fukushima, mais qui s’est mis à pourrir peu après et que les Japonais ont découpé en neuf morceaux pour y injecter de la résine, afin qu’il reste debout en dépit de tout. Les branches mortes soigneusement disposées sur les côtés de la scène trouvent leur place dans les morceaux du tronc. Les éclairages dessinent délicatement les ombres des branches et des hommes. L’arbre se soulève délicatement, se balance loin de la tempête, tourne au dessus des deux acteurs comme s’il protégeait leurs échanges. La musique s’est tue, l’échange et la transmission sont accomplis. Toute l’élégance et la délicatesse du spectacle trouve alors son acmé.

Micheline Rousselet

Tournée 2020-2021

Théâtre de Lorient, CDN

Théâtre de l’Union, CDN du Limousin

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Les Molières le 23 juin
    La cérémonie des Molières est maintenue, dans le respect des règles sanitaires, et sera diffusée en prime time le 23 juin sur France 2. Elle rappelle, en ces temps où l’avenir est encore incertain et... Lire la suite (25 mai)
  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)