Actualité théâtrale

Jusqu’au 7 mai au Théâtre Poche Montparnasse

« L’histoire d’une femme » Réduc’Snes

Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone pour appeler des secours, disent qu’ils l’ont oublié, qu’il est déchargé et s’en vont la laissant allongée son sac sous la tête. Lui reviennent alors en mémoire tous les gestes déplacés, les sous-entendus, les insultes sexistes dans le métro, au travail, dans sa famille, toutes ces atteintes à sa dignité de femme dans une société machiste, phallocrate et sexiste. Soudain elle n’a plus envie de répondre, de lutter, d’entendre ces remarques et elle décide de cesser de parler aux hommes, à tous les hommes, aussi bien au buraliste qu’à ses collègues masculins, à son père comme à son amoureux.

Théâtre : L'histoire d'une femme

Pierre Notte a assisté à la scène initiale. Il a voulu s’approcher de cette femme pour lui demander pardon au nom des hommes. Voyant en lui un autre danger masculin, elle l’a repoussé. Il a alors décidé d’écrire « l’histoire d’une femme qui n’en pouvait plus d’avoir à supporter cette société d’hommes » et décidait de ne plus leur parler. Il a trouvé en Muriel Gaudin une belle interprète de cette femme. Elle dit tous ces gestes, ces remarques sexistes, ces insultes ordurières que toutes les jeunes femmes ont connues et elle dit aussi comment sa décision bouleverse l’ordre établi, perturbant les hommes autour d’elle, qui ne savent plus comment réagir. Muriel Gaudin, un verre d’eau dans une main, une bouteille dans l’autre, joue une trentaine de personnages, du pervers du métro à l’amoureux perdu qui cherche à comprendre ou menace, du patron tranquillement misogyne à l’adolescent maladroit. Elle s’élance, parle vite, enchaîne, s’excite. Elle nous fait ressentir les impulsions contradictoires de cette femme, son indignation mais aussi son désir de vivre et aimer sans avoir à se priver de la compagnie des hommes si seulement…

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)