Actualité théâtrale

Jusqu’au 7 mai au Théâtre Poche Montparnasse

« L’histoire d’une femme » Réduc’Snes

Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone pour appeler des secours, disent qu’ils l’ont oublié, qu’il est déchargé et s’en vont la laissant allongée son sac sous la tête. Lui reviennent alors en mémoire tous les gestes déplacés, les sous-entendus, les insultes sexistes dans le métro, au travail, dans sa famille, toutes ces atteintes à sa dignité de femme dans une société machiste, phallocrate et sexiste. Soudain elle n’a plus envie de répondre, de lutter, d’entendre ces remarques et elle décide de cesser de parler aux hommes, à tous les hommes, aussi bien au buraliste qu’à ses collègues masculins, à son père comme à son amoureux.

Théâtre : L'histoire d'une femme

Pierre Notte a assisté à la scène initiale. Il a voulu s’approcher de cette femme pour lui demander pardon au nom des hommes. Voyant en lui un autre danger masculin, elle l’a repoussé. Il a alors décidé d’écrire « l’histoire d’une femme qui n’en pouvait plus d’avoir à supporter cette société d’hommes » et décidait de ne plus leur parler. Il a trouvé en Muriel Gaudin une belle interprète de cette femme. Elle dit tous ces gestes, ces remarques sexistes, ces insultes ordurières que toutes les jeunes femmes ont connues et elle dit aussi comment sa décision bouleverse l’ordre établi, perturbant les hommes autour d’elle, qui ne savent plus comment réagir. Muriel Gaudin, un verre d’eau dans une main, une bouteille dans l’autre, joue une trentaine de personnages, du pervers du métro à l’amoureux perdu qui cherche à comprendre ou menace, du patron tranquillement misogyne à l’adolescent maladroit. Elle s’élance, parle vite, enchaîne, s’excite. Elle nous fait ressentir les impulsions contradictoires de cette femme, son indignation mais aussi son désir de vivre et aimer sans avoir à se priver de la compagnie des hommes si seulement…

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)