Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Albert Serra

"L’histoire de ma mort" Sortie en salles le 23 octobre 2013

Son nouveau serviteur sera le témoin des derniers moments de la vie de Casanova. Celui-ci quitte un château suisse et ses ambiances galantes et libertines pour les terres pauvres de l’Europe septentrionale.

Le monde de légèretés et de mondanités laisse place à une vie campagnarde et la pensée rationaliste du séducteur, amateur de tous les plaisirs s’effondrera face à une force nouvelle, violente, ésotérique et romantique représentée par Dracula et son pouvoir éternel.

Cinq ans après " Le chant des oiseaux" Albert Serra réalise "L’histoire de ma mort" un film crépusculaire qui annonce la fin d’une ère et plus encore la fin d’une façon de penser.

Alors qu’un producteur roumain qui venait d’assister à une projection de " Honor de Cavalleria" lui proposait de réaliser un film sur Dracula, Albert Serra peu intéressé par le personnage de vampire, décidait de répondre à la demande, mais en y mêlant une imagerie qui lui était proche et en introduisant dans le récit le personnage de Casanova dont l’univers lui est plus familier.

Le film qu’il a le projet de réaliser deviendra un film sur le passage de la légèreté et de la sensualité du XIIIème siècle aux ténèbres, à la violence et à la sexualité du XIXème siècle.

Dans ce film qui pourrait s’annoncer comme un biopic de Casanova mais qui, très vite, s’imprègne des motifs et des codes de narration propres au cinéaste, le célèbre libertin se lance dans l’écriture d’un ouvrage dans lequel les règles du savoir-vivre seraient fondées sur une notion du plaisir inspirée de son existence libertine.

Chez le Casanova d’Albert Serra, tout est source de plaisir, manger et boire, naturellement, faire l’amour mais aussi le simple acte de déféquer.

Le Casanova d’Albert Serra n’est pas interprété par un comédien professionnel (il s’agit du poète catalan Vinceç Altaio i Morral) dont le jeu donne libre cours à une bouffonnerie décalée et subversive.

A cette première partie qui nous aura éloignés de l’imagerie attendue du personnage et de son histoire, succède une longue errance qui conduit Casanova dans une île de l’Europe septentrionale habitée par un groupe de jeunes femmes et par un personnage étrange qui se révélera être un vampire.

Dans un style beaucoup plus contemplatif et dans des ambiances cauchemardesques avec ombres menaçantes et images nocturnes, Albert Serra traite les mythes de Casanova et de Dracula en les dépouillant au maximum, ne conservant que les apparences, en adoptant un traitement du récit qui échappe à toutes les règles de la narration traditionnelle.

Certains se laisseront prendre par le vertige grisant des atmosphères, d’autres se perdront dans le labyrinthe et les mystères de la conception du cinéma d’Albert Serra.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)