Actualité théâtrale

Théâtre contemporain Lucernaire Du 29 septembre au 10 ocrobre 2015

"L’histoire du Tigre" de Dario Fo Mise en scène et jeu Pierre-Marie Escourou.

A côté de pièces ouvertement politiques (" Mort accidentelle d’un anarchiste " ou " Faut pas payer "), Dario Fo a toujours réservé une part de son travail à l’art de conter. S’inspirant de la tradition orale des "fabulatori", il connaitra le succès avec " Mistero buffo " inspiré des fabliaux médiévaux.
Théâtre : L'histoire du tigre"
En 1981, alors qu’il vient de recevoir le prix Sonning, il crée, met en scène et interprète au Théâtre de l’Est parisien " Histoire du tigre et autres histoires " que reprend Pierre-Marie Escourou, avec une énergie belle à voir, dans la petite salle du Lucernaire.

En prélude au spectacle, Pierre-Marie Escourou raconte avec une truculence qui ne le quittera plus, la genèse de la pièce, ou comment, lors d’un voyage en Chine, Dario Fo a succombé au charme de cette " Histoire du Tigre " jouée en plein-air, par un conteur-jongleur.

Dans un espace vide, au plus près des spectateurs, l’acteur nous raconte l’histoire d’un soldat de la Longue Marche qui, gravement blessé à la jambe, sera sauvé par une tigresse débordante de lait et qui, en aspirant l’humeur de sa blessure, le sauvera de la gangrène.

Grace à l’union du peuple et du monde animal, la résistance s’organisera et le village, le miraculé, la tigresse et son petit en tête, mettront en déroute l’armée nationaliste de Tchang Kaï-chek et les impérialistes japonais, redonnant à tous leur liberté et leur quiétude.

Tigres réels et leurs imitations en carton –pâte repousseront à chaque fois qu’il se présentera l’attaquant le plus combatif.

La pièce se prête particulièrement aux mimiques et aux contrastes de registres de jeu. Pierre-Marie Escourou s’en donne à cœur-joie pour être tout à la fois le narrateur, le soldat, la tigresse ou son petit. Son énergie et le plaisir communicatif de jouer, poussé parfois jusqu’aux limites du débordement, avec l’originalité du sujet, font de ce spectacle court et vif, un divertissement dont on aurait bien tort de se priver.

Francis Dubois

Lucernaire 53 rue Notre-Dame des Champs 75 006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative 01 45 44 57 74

www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)