Actualité théâtrale

Au Théâtre 7, jusqu’au 27 novembre 2015

"L’histoire du soldat" de Charles-Ferdinand Ramuz – musique Igor Stravinsky Mise en scène Omar Porras.

Le soldat Joseph revient en permission chez lui pour retrouver sa mère et sa fiancée.

En cours de route, il fait une halte au bord d’un ruisseau et, joyeux à l’idée des prochaines retrouvailles, il se met à jouer de son violon.

C’est alors que se présente à lui comme si c’était par hasard, un petit vieux chasseur de papillons qui lui propose un troc : son instrument de musique contre un livre magique porteur du pouvoir de le rendre très riche.

Le jeune soldat cède à la tentation et le vieil homme, pour confirmer leur marché l’invite chez lui.

Là, le soldat perd la notion du temps qui passe et quand, ayant repris sa route, il arrive enfin chez lui, sa fiancée n’est plus là et sa mère ne le reconnaît plus.

La richesse produite par le livre magique ne remédie pas à sa tristesse et quand il découvre que derrière le vieil homme se cachait le diable, il engage un jeu avec lui et parie toute sa fortune contre la récupération de son violon

Théâtre : Histoire du soldat

"L’histoire du soldat" fait alterner le récit et la musique portée par un ensemble de sept musiciens.

Si le violon qui représente l’âme du soldat, parcourt toute l’œuvre, trois autres familles d’instruments sont présentes : contrebasse, clarinette et basson, cornet et trombone, et percussions.

Pour fêter ses 25 ans d’existence, la Compagnie "Teatro Malandro" dont Omar Porras est le créateur, propose le mythe faustien sur des airs de valse, tango, de ragtime, et d’opéra que les musiciens interprètent en live pendant que les comédiens jouent sous les masques de Fredy Porras.

Le choix d’axer le spectacle dans la coloration et les codes du cirque (costumes étincelants, paillettes, maquillage, gestuelle stylisée) produit une intemporalité qui permet au conte d’aller bien au-delà de son contenu moral naïf.

Venu du théâtre de rue, le metteur en scène développe une technique axée sur le corps du comédien, sa projection dans l’espace et une utilisation du masque qui s’inspire à la fois des traditions occidentale et orientale (théâtre balinais, indien et japonais)

Dans un décor minimaliste mais expressif, avec des effets de lumières qui accompagnent la gestuelle et servent les couleurs des costumes et des maquillages, Omar Porras mêle l’art de l’acteur et de la marionnette à la danse et à la musique.

C’est un spectacle précis, ciselé, épuré et pourtant par moments, il prend une ampleur qui enchante, nous renvoie à notre regard d’enfant et au plus profond de la réflexion.

Magnifique. Ça ne dure qu’une heure et on en redemande !

Francis Dubois

En tournée :

2 et 3 décembre 2015 Comédie de Caen

Du 15 au 22 décembre 2015 Théâtre du Nord Lille.

Théâtre 71 –Scène Nationale de Malakoff 3, Place du 11 novembre 92 240 Malakoff.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 55 48 91 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)