Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Réflexions modernes sur la recherche médicale.

« L’homme au masque de verre », Viviane Moore Polar historique

Viviane Moore poursuit les enquêtes de son nouveau détective – ici Jean du Moncel, commissaire au Châtelet – commencé avec « La femme sans tête ». « L’homme au masque de verre » nous fait pénétrer dans le Paris de cette année 1584. La mort est omniprésente, les maladies, les épidémies – la peste en particulier – aussi. La médecine est dominée par le chirurgien Ambroise Paré, qui a fait ses classes sur les champs de bataille. Dans le même temps, par une volonté semblable, les alchimistes essaient de trouver la pierre qui sauve de toutes les maladies. Pour tester, il faut des cobayes. A-t-on le droit, éthiquement parlant, de faire ingurgiter à un malade même en phase terminale, un « médicament » qui peut le faire mourir immédiatement ?

Ce milieu du 16e est aussi celui de l’essor des recherches médicales, de la formation des futurs médecins dans une Académie fermée aux femmes. Certaines bravent l’interdiction en se déguisant en homme pour suivre ces études. C’est le cas de Sibylle Le Noir, fille d’alchimiste et futur médecin qui synthétise la rencontre entre ces deux mondes.

Polar : Viviane moore

Le commissaire doit résoudre de drôles d’affaires qui met en scène à la fois les besoins de la science – il faut des cadavres pour les disséquer et comprendre le fonctionnement du corps humain – et les croyances dans l’alchimie. Dans tous ces cas, il se trouve face à la volonté de faire le bien, de vouloir guérir. L’assassin est une abstraction mais une abstraction réelle, la croyance dans l’antidote globale ou dans les nécessités de la recherche.

Viviane Moore se permet à la fois une réflexion sur les frontières du bien et du mal – le bien se transforme en mal -, sur les limites de la recherche médicale et sur les croyances. Le tout enveloppé dans la découverte du Paris de 1584 qui mérite tout autant notre attention.

Nicolas Béniès.

« L’homme au masque de verre », Viviane Moore, 10/18, Grands détectives.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Histoire matérielle et immatérielle de l’art moderne et contemporain »
    L’art a-t-il une histoire ? On sait que le progrès en art est une invention calamiteuse de certains théoriciens en mal d’idéologie, mais la succession des Écoles a-t-elle encore un sens ? Et l’art... Lire la suite (11 janvier)
  • « Les morsures du froid »
    Boston a été marquée, dans les années 1950, par l’étrangleur de Boston. Cet artisan tuait les femmes dans leur appartement. Présenté comme schizophrène, il a fini sa vie en hôpital psychiatrique. Tony... Lire la suite (2 janvier)
  • « Enfants de la Meute »
    « Enfants de la Meute » est un titre qui interroge. Jérémy Bouquin a dû le chercher… sur la carte. « La Meute » est un village sis dans le Jura. Garry y a été élevé avec son frère par un grand-père. Il... Lire la suite (1er janvier)
  • « Sous l’aile des furies »
    Steven Saylor est Texan. Une bizarre filiation – des études d’histoire – l’a conduit vers l’Antiquité romaine après avoir fait divers métiers qui l’ont éloigné un temps de cette discipline. Il a déjà... Lire la suite (1er janvier)
  • « Psychiko »
    Paul Nirvanas est l’auteur de « Psychiko », considéré comme le premier polar grec, publié en 1928. Nikos Molochanthis, jeune rentier, s’ennuie. Pour donner un peu de piment à sa vie, il décide de... Lire la suite (Décembre 2017)