Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Alberto Rodriguez (Espagne)

"L’homme aux mille visages" Sortie en salles le 12 avril 2017.

Francesco Paesa, un ex-agent secret espagnol est engagé pour résoudre une affaire de détournement d’argent et désamorcer un scandale d’état imminent.

Peut-être parce qu’il est l’homme idéal de la situation, il a les coudées franches et voit l’opportunité de s’enrichir et de se venger du gouvernement qui l’a trahi dans le passé.

Le film d’Alberto Rodriguez traite, à partir de là, une des plus incroyables intrigues politico-financières des ces dernières années.

L’histoire vraie d’un homme qui a abusé tout un pays et fait tomber un gouvernement.

Le film d’Alberto Rodriguez s’inspire d’événements réels. Il est basé sur le livre d’enquête «  Paesa ; l’espion aux milles visages  » de Manuel Cerdan.

L’ouvrage faisait référence au cas « Roldan »qui fut l’un des importants et dantesques scandales politiques des années 90.

Les souvenirs que gardent le réalisateur et son scénariste de l’affaire les ont poussés à imaginer un fugitif qui aurait mis en scène une évasion spectaculaire à travers la moitié de la planète et qui aurait finalement été arrêté en Asie du Sud-Est, au Laos, grâce à une opération policière incroyablement complexe.

«  L’homme aux mille visages  » retrace sous la forme d’une fiction, un thriller où évoluent dans une sorte d’intimité complice, escrocs et fraudeurs d’envergure.

Derrière les amitiés de façade qui lient des protagonistes qui sont des vieux routiers de l’espionnage ou de la finance, la priorité est donnée aux intérêts personnels. Les manœuvres sont tortueuses et les circonstances, les nouvelles donnes, les rebondissements, les revirements de situations ne cessent jamais de modifier les stratégies, de renforcer les uns, de fragiliser les autres.

cinéma : l'homme aux mille visages

La mise en scène d’Alberto Rodriguez est vertigineuse, à la fois dans le mouvement, dans le rythme mais également dans les rapport entre les protagonistes. Elle suit la ligne d’une sorte de labyrinthe narratif ou le spectateur lambda peut se perdre mais qui sera un savoureux « festin » pour tous ceux qui sont rodés aux récits d’espionnage.

Le rythme vertigineux de la mise en scène n’est pas le seul atout de «  L’homme au mille visages  ».

Même si l’on se perd un peu dans les méandres de l’histoire, on est fasciné par la beauté de l’image, par les ambiances, par le travail sur les lumières.

Une œuvre solide, passionnante, magnifiquement construite dans laquelle on peut constater que dans les hautes sphères de tous les pays, sévissent les mêmes abus et que les jeux de pouvoirs fonctionnent sur des bases morales parallèles.

La beauté du film et son rythme fascinent et si l’on est perdu en route dans la traversée de ce monde étranger à celui du commun des mortels, il suffit de se laisser porter par l’image et par le « mouvement narratif ».

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)