Actualité théâtrale

Au Théâtre Gérard Philipe CDN de Saint-Denis jusqu’au 28 novembre 2011

"L’homme qui rit" et "Renzo le partisan" Partenaire Réduc’snes

"L’homme qui rit" et "Renzo le partisan" d’Antonio Negri mise en scène Barbara Nicolier

"L’homme qui rit" et "Renzo le partisan" sont les deux premiers volets de la Trilogie de la critique. Les deux pièces, d’une durée d’une heure vingt chacune, jouées de part et d’autre d’un court entracte, traitent chacune de faits réels et historiques mettant en présence deux générations de militants politiques.

"L’homme qui rit" s’inspire de l’enlèvement et l’assassinat du secrétaire de la Démocratie Chrétienne, Aldo Moro, par les Brigades Rouges à la fin des années 70. Le crime fut attribué à Antonio Negri qui, avant d’être disculpé, passa de longues années en prison.

Cette première pièce aborde le thème de la corruption du pouvoir et celui du désir de changement né dans les luttes pour la liberté et pour le droit au bonheur.

Le personnage central en est un homme de pouvoir qui, confronté à une crise économique, à la corruption et à la violence d’Etat, est à la recherche de compromis…

Dans la deuxième pièce, Renzo est un tout jeune homme à peine sorti de l’adolescence, mêlé au fracas de la guerre. Il accepte de commettre un acte de violence après l’avoir refusé.

D’abord confronté à la dureté des représailles de l’occupant, il doit négocier avec sa conscience d’homme pacifique et intègre.

La paix revenue il verra les valeurs de la démocratie sombrer dans le sang et la corruption.

Face à l’injustice persistante, hésitant à reprendre les armes, il finira par s’emparer d’un éclair à mains nues.

Un demi-siècle d’histoire se déroule sous nos yeux dans un dispositif scénique sommaire. La mise en scène discrète et inventive est d’une grande efficacité.
 
Les deux magnifiques textes d’Antonio Negri sont portés par deux superbes comédiens. Carlo Brandt qui donne à chaque phrase toute la force qu’elle contient et à l’homme qu’il incarne, son courage et sa fragilité et le flou des hésitations….Pierre-Félix Gravière est en passe de devenir une de nos grands comédiens de théâtre. Il donne avec la même puissance, la même finesse de jeu, un Renzo juvénile et déjà puissant.

La performance de ces deux comédiens est magnifique.

La soirée l’est tout autant.

  Francis Dubois

TGP Saint-Denis 59 Boulevard Jules Guesde 93200 Saint-Denis

reservation@theatregerardphilipe.com

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 13 70 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)