Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 février au Théâtre Les déchargeurs

« L’inattendu »


Liane vit seule depuis que son amant noir a disparu une nuit sur le fleuve. Est-il mort ou a-t-il choisi de disparaître ? Quand le rideau s’ouvre, elle se saisit de la veste de l’aimé, la sent, la place contre elle comme un danseur qui l’enlacerait. La douleur est là, les regrets, le sentiment d’abandon, l’incapacité à faire son deuil et à vivre sans l’être aimé, la recherche constante de signes de sa présence. Autour d’elle apparaissent un à un des flacons. Chacun a une couleur et son odeur renvoie à un souvenir. Peu à peu elle va sortir de cet enfermement où l’alcool est son seul compagnon et revenir vers la vie, dans une sorte de voyage initiatique qui la mènera vers l’Afrique d’abord et le pays de l’amant auquel elle ne cesse de rêver, puis vers d’autres lieux qu’elle explorera en photographe, des lieux où règnent la guerre, les massacres et la haine de l’autre, avant de revenir vers la Louisiane où a commencé son malheur. Elle n’a rien oublié, mais elle est debout, capable d’aimer et de vivre.
Le texte de Fabrice Melquiot est très beau, passant du réalisme à l’onirisme, de la poésie à la trivialité. On se laisse emporter par les images, par la force de ce qui est dit. Liane parle à son amant en l’appelant « mon p’tit chou, mon tigre » et évoque son corps comme « une peau de nuit tombée ». Le retour à la vie est fait quand elle dit « La vie, c’est ce qui nous arrive quand on fait autre chose ». La mise en scène de Brontis Jodorowsky (qui joue actuellement « Le gorille » au Lucernaire) est sobre et juste. Une chambre, une table et un lit, un léger fond musical, le murmure du fleuve suffisent à nous entraîner dans des univers différents. Avec presque rien, on sent le temps qui passe, la vie qui repart.
Enfin, le texte est admirablement porté par Eléonor Agritt. Elle a la passion, la révolte, le charme et la sensibilité exacerbée de son personnage. Elle donne à la pièce sa force et nous entraîne dans le tourbillon de cette histoire de deuil, de souffrance et de renaissance dont on sort bouleversé.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
Théâtre des déchargeurs
3 rue des déchargeurs, 75001 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 70 56

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)