Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 février au Théâtre Les déchargeurs

« L’inattendu »


Liane vit seule depuis que son amant noir a disparu une nuit sur le fleuve. Est-il mort ou a-t-il choisi de disparaître ? Quand le rideau s’ouvre, elle se saisit de la veste de l’aimé, la sent, la place contre elle comme un danseur qui l’enlacerait. La douleur est là, les regrets, le sentiment d’abandon, l’incapacité à faire son deuil et à vivre sans l’être aimé, la recherche constante de signes de sa présence. Autour d’elle apparaissent un à un des flacons. Chacun a une couleur et son odeur renvoie à un souvenir. Peu à peu elle va sortir de cet enfermement où l’alcool est son seul compagnon et revenir vers la vie, dans une sorte de voyage initiatique qui la mènera vers l’Afrique d’abord et le pays de l’amant auquel elle ne cesse de rêver, puis vers d’autres lieux qu’elle explorera en photographe, des lieux où règnent la guerre, les massacres et la haine de l’autre, avant de revenir vers la Louisiane où a commencé son malheur. Elle n’a rien oublié, mais elle est debout, capable d’aimer et de vivre.
Le texte de Fabrice Melquiot est très beau, passant du réalisme à l’onirisme, de la poésie à la trivialité. On se laisse emporter par les images, par la force de ce qui est dit. Liane parle à son amant en l’appelant « mon p’tit chou, mon tigre » et évoque son corps comme « une peau de nuit tombée ». Le retour à la vie est fait quand elle dit « La vie, c’est ce qui nous arrive quand on fait autre chose ». La mise en scène de Brontis Jodorowsky (qui joue actuellement « Le gorille » au Lucernaire) est sobre et juste. Une chambre, une table et un lit, un léger fond musical, le murmure du fleuve suffisent à nous entraîner dans des univers différents. Avec presque rien, on sent le temps qui passe, la vie qui repart.
Enfin, le texte est admirablement porté par Eléonor Agritt. Elle a la passion, la révolte, le charme et la sensibilité exacerbée de son personnage. Elle donne à la pièce sa force et nous entraîne dans le tourbillon de cette histoire de deuil, de souffrance et de renaissance dont on sort bouleversé.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
Théâtre des déchargeurs
3 rue des déchargeurs, 75001 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 70 56

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)