Actualité théâtrale

Jusqu’au 19 mars au Théâtre de Gennevilliers

« L’indestructible Madame Richard Wagner »

Ex-professeur de philosophie, aujourd’hui performeur et écrivain associé au théâtre de Gennevilliers et aux ateliers de lecture et d’écriture, Christophe Fiat s’intéresse au destin de Cosima Wagner qui a fait de l’art un outil de résistance à la domination masculine.
Fille de Franz Lizst et de Marie d’Agoult, mariée à Richard Wagner après avoir été sa maîtresse, Cosima passera sa vie de couple à rédiger un journal intime, véritable hagiographie de son mari dont elle relate le quotidien mais surtout sa vie de créateur. D’abord effondrée à la mort de son mari, elle décide rapidement de prendre sa succession à la direction du Festival de Bayreuth. Omniprésente dans le choix des mises en scène comme dans la communication sur le festival, dans sa longue robe noire, elle se battra contre tous ceux qui voient en elle une mante religieuse plus soucieuse de pouvoir que de transmission des œuvres. Elle réussira à s’imposer dans ce monde très masculin et à faire de Bayreuth une capitale de l’art comme le voulait Wagner. Toute entière consacrée à ce projet elle n’hésitera pas à laisser sa place à son fils Siegfried pour continuer à diriger dans son ombre jusqu’à sa mort en 1930.
Pour évoquer ce personnage « indestructible », Christophe Fiat ne nous offre pas une version classiquement théâtrale, mais plutôt une performance.

Sur scène il y a cinq acteurs debout devant des micros. Ils n’incarnent pas les personnages de cette histoire. Ils nous rapportent, en alternant évènements historiques et histoire privée, la vie de Cosima, la mort de Wagner, la prise en main par Cosima du festival de Bayreuth, la résistance de sa petite-fille, Friedelind, aux compromissions avec Hitler et le nazisme. A travers ces textes apparaît bien la dualité de Cosima, à la fois femme animée par un idéal, la célébration de l’œuvre de son mari, et femme volontaire prête à remuer ciel et terre pour diriger le festival de Bayreuth. Une des actrices ponctue parfois son propos avec une basse et il y a aussi sur scène un piano, sur lequel on ne jouera bien sûr jamais du Wagner. En fond de scène passent des visuels de Louise Armand à une vitesse accélérée qui évoquent un rêve. Pour le créateur, Christophe Fiat, il s’agit de défendre l’idée que « c’est la défense de la parole contre les visuels et la musique qui constitue la part indestructible de Cosima ». Les cinq acteurs mériteraient tous d’être cités. Ils alternent ton distancié et froid du reportage et voix plus chaude du vécu. On retiendra particulièrement Laurent Sauvage et Clémentine Baert.
Le T2G nous offre un spectacle original qui tout en nous ancrant dans l’histoire de Cosima Wagner, fait appel au rêve et à l’imaginaire.
Micheline Rousselet

Mardi et jeudi à 19h30, mercredi, vendredi et samedi à 20h30, le dimanche à 15h
Théâtre de Gennevilliers
41 avenue des Grésillons, 92230 Gennevilliers
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 41 32 26 26
www.theatredegennevilliers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)