Actualité théâtrale

Le Monfort Théâtre – Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 16 février 2013

"L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux" Conception et mise en scène Philippe Ulysse

Le spectacle que Philippe Ulysse et ses comédiens (et chanteuse) nous donne à voir dans un dispositif bi-frontal au Monfort-Théâtre est un grand poème dramatique sur la violence et le crime, sur les conflits meurtriers, les guerres d’hier et d’aujourd’hui.

Sur le constat qu’une nation ne se construit jamais mieux que dans son opposition à une autre nation.

Macbeth, héros tragique de Shakespeare, meurtrier récidiviste, aspiré par la spirale du sang avant de devenir un homme terrifié qui ne sait plus comment sortir de sa nuit, sert de fil rouge au spectacle.

Mais à celui de Shakespeare, s’ajoutent d’autres textes provenant d’œuvres diverses, puisant aussi bien chez T.S Elliot, Francis Ford Coppola, Fernando Pessoa, S. Alexievitch ou M. Darwich.

Ce montage de textes débouche sur un ensemble cohérent mais qui ne donne lieu qu’à peu de ruptures de ton, les comédiens embrassant leurs partitions de la même façon enflammée.

Il faut en arriver à des témoignages d’anciens combattants de la guerre d’Algérie pour que le phrasé chute et que se produise l’émotion.

La pièce est jouée en deux langues, l’anglais quand il s’agit des textes de Shakespeare, le français pour le reste. Elle bénéficie de la participation d’une chanteuse lyrique dont les interventions donnent une autre singularité au travail de Philippe Ulysse.

Et c’est peut-être par l’abondance de textes, par une scénographie trop riche, par une structure narrative visitant différentes temporalités que le spectacle pêche.

Parfois trop touffu, il n’est pas loin de devenir confus, de noyer son propos et de perdre l’attention du spectateur.

Passées ces quelques réserves, "L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux" reste une œuvre dramatiquement forte qui interroge au-delà même de la guerre en général, des concepts plus généraux sur la nature humaine.

Francis Dubois

Le Monfort, Établissement culturel de la ville de Paris, 106 rue Brancion 75 015 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 56 08 33 88

www.lemonfort.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)