Actualité théâtrale

Jusqu’au 28 novembre, à l’Espace Paris-Plaine

« L’oiseau bleu »

La veille de Noël deux enfants, dans une modeste chaumière, observent par la fenêtre les préparatifs du Réveillon dans une riche famille voisine, lorsque leur apparaît une fée bossue et boiteuse qui leur demande d’aller chercher l’Oiseau bleu qui pourra guérir sa petite fille malade. Pour les aider, elle remet à Tyltyl, le garçon, un bonnet orné d’un diamant qui donne le pouvoir de voir l’âme des choses. Accompagnés de la Lumière, d’un chien et d’un chat doués de parole ils vont partir dans un long voyage à la recherche de l’oiseau bleu.

Pour cette fable adaptée d’un texte de Maeterlink, poète et dramaturge symboliste belge, prix Nobel de littérature, Florian Goetz et Jérémie Sonntag ont choisi de nous faire entrer dans un monde mystérieux où l’on passe d’une façon très fluide du réel à l’imaginaire, de la chaumière où vivent les enfants aux mondes oniriques où les emmène la quête de l’Oiseau bleu. Dans leur voyage initiatique, ils découvriront le monde d’en bas où vivent leurs grands-parents morts, le monde de la Nuit, gardienne des fantômes, des maladies et de la guerre, le monde de l’avenir avec ses étranges machines, le pays du repas sans fin et même celui des enfants qui ne sont pas encore nés. De ce rêve ils sortiront plus grands, en ayant apprivoisé la mort, en ayant pris conscience que l’homme n’est qu’un élément de l’univers et qu’il doit le protéger en dominant ses désirs et en ayant dépassé leurs peurs. La scénographie fait la part belle à ces mondes oniriques en créant une ambiance de clair-obscur, d’où surgissent des armoires maléfiques, une machine à faire des bulles de savon, une table regorgeant de mets colorés, et les plumes de l’Oiseau bleu insaisissable et changeant. Les acteurs, tous très justes, entraînent les jeunes spectateurs dans cette histoire, où la poésie accompagne de vraies réflexions sur l’amour, le sacrifice, la mort et la recherche du bonheur que l’on va chercher parfois bien loin alors qu’il est tout proche. Le spectacle est beau et offre ensuite de belles occasions de discussion avec les enfants.
Micheline Rousselet

Espace Paris Plaine
13 rue du Général Guillaumat, 75015 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 40 43 01 82
Le mercredi à 15h, le samedi à 15h et 18h, le dimanche à 15h.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)