Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marie-Clémence et César Paes (France-Madagascar)

"L’opéra du bout du monde" Sortie en salles le 18 novembre 2012.

Marie-Clémence Paes est franco-malgache et César, brésilien et français. Ensemble, ils réalisent des films où la musique est à la fois trame narrative et prétexte à restituer l’Histoire par le biais de la culture orale.

Ici, à la préparation et au déroulement des répétitions de " L’opéra du bout du monde", œuvre lyrique composée par le réunionnais Trulès, se mêle une véritable leçon d’histoire sur l’origine métisse de l’île de la Réunion, à la fois française et profondément enracinée dans les mythes (et les rythmes) de l’Océan indien.

Le filmage de l’opéra en train de se faire est aussi prétexte à porter un regard sur l’Europe d’aujourd’hui et ses liens avec l’Outremer, sur la façon dont est racontée cette histoire entre culture orale et érudition, à la Réunion, à Madagascar et à Paris.

Tout au long du film, les faits historiques s’immiscent dans le travail de la troupe, dans les décors qui sont les lieux mêmes où l’Histoire a commencé.

L’Histoire orale et l’Histoire écrite se rejoignent.

Les faits historiques racontés de la bouche de l’officier actuel du Camp Flacourt sont confrontés aux récits oraux d’anciens malgaches depuis des générations. Un descendant du Prince d’Antanosy raconte leurs premiers contacts avec les européens.

Jean de Heaulme dont un ancêtre a été attaqué par les malgaches en 1674 nous fait traverser quatre siècles de la présence française dans l’Océan indien.

Le film tisse ces différentes perceptions dans le livret de l’opéra qui raconte l’histoire du peuplement de la Réunion, avec l’arrivée, sous Louis XIV, sur une île alors totalement déserte, de deux français et de dix malgaches parmi lesquels, trois jeunes filles.

Ces premiers habitants étaient-ils des exilés ou des volontaires ? Le peuplement de l’île aurait-il été une "robinsonnade" ?

L’esclavage remonte-t-il à cette époque ou bien n’a-t-il débuté que 50 ans plus tard comme il est dit dans " L’opéra du bout du monde" ?

L’épopée de la Troupe brinquebalée dans un vieil autocar sur des pistes souvent impraticables nous amène de La Réunion à Fort-Dauphin, au Camp Flacourt, sous un arbre, sur les lieux-même où tout a commencé. C’est à cet endroit où les officiers envoyés par Louis XIV ont rencontré les Malgaches pour la première fois que Jean-Luc Trulès, ses musiciens et ses solistes vont donner "L’opéra du bout du monde" pour la première fois.

On les retrouvera plus tard catapultés sur une scène parisienne où ils connaîtront la consécration.

Un récit passionnant. Un film généreux.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)