Actualité théâtrale

Jusqu’au 20 juin 2012 au Théâtre La Bruyère

"L’or" de Blaise Cendrars

Qui ne se souvient de la merveilleuse histoire, contée par Blaise Cendrars, de Johann August Suter, ce jeune Suisse aventureux qui décida en 1834 de quitter femme et enfants pour s’embarquer pour le Nouveau Monde. Dans une langue flamboyante Cendrars nous entraîne à sa suite de New York à la Californie dans un voyage plein de périls. Mais l’aventure ne fait alors que commencer, qui mènera Suter à la gloire et à la richesse – il devient propriétaire d’un domaine immense et est fait Général - avant que la découverte de l’or ne le conduise à la ruine et la solitude. C’est aussi l’histoire d’un homme qui ne cesse de se battre mais finit vaincu, victime des changements de la société qui l’ont emporté.
Xavier Simonin a choisi de donner voix au texte de Cendrars et il s’est associé à l’harmonica de Jean-Jacques Milteau, qui a abandonné pour l’occasion le jazz, pour se plonger dans la musique populaire américaine du XIXème siècle. Le résultat est extrêmement séduisant. L’harmonica ouvre l’imaginaire, la musique s’adapte au rythme de la prose de Cendrars, l’acteur raconte, le musicien écoute, hoche la tête, l’acteur remue au rythme de la musique. C’est un véritable duo entre la voix et l’harmonica au service des phrases courtes, rythmées de Cendrars. La musique se fait ample dans les descriptions des paysages de l’Ouest américain, fiévreuse avec l’arrivée des chercheurs d’or. Une cafetière, des instruments bricolés tout comme son harmonica permettent à Jean Jacques Milteau de nous entraîner dans l’univers sonore de la conquête de l’Ouest et de la ruée vers l’or. Quelques ferrailles et une chaise comme décor suffisent à nous installer dans l’histoire du Général Suter et la voix de Xavier Simonin donne vie, force et passion au texte de Cendrars dont on redécouvre à quel point il fut aussi poète. Il faut d’ailleurs saluer la performance de l’acteur qui porte ce texte pendant toute la durée du spectacle. Pour les amoureux de Cendrars, pour ceux qui n’en ont gardé qu’un souvenir scolaire comme pour les enseignants qui souhaitent le faire découvrir à leurs élèves, on ne peut que recommander ce spectacle.
Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 20h45, le dimanche à 16h, initialement programmé jusqu’au 14 mai et prolongé jusqu’au 20 juin
Théâtre La Bruyère
5 rue La Bruyère, 75009 Paris
Le dimanche à 16h, le lundi à 20h30
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur
réservation impérative) : : 01 48 74 76 99

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Eau chaude à tous les étages »
    1955. Quatre jeunes employées de l’Hôtel Moderne s’affairent - gentiment car le patron est absent - à tout mettre en ordre, car le lendemain va commencer l’affluence avec la semaine des Arts ménagers.... Lire la suite (21 mai)
  • « La rose et la hache »
    La mise en scène par Georges Lavaudant en 1979 de cette adaptation, écrite par Carmelo Bene du Richard III de Shakespeare, fut tout de suite très remarquée. Ovationnée ensuite au Festival d’Avignon en... Lire la suite (20 mai)
  • « Folie »
    Dans cette douce et impertinente dinguerie, on croise une fille qui parle avec amour à un artichaut et, la vie étant incompréhensible, lui annonce qu’elle va le manger, une autre qui n’est pas... Lire la suite (19 mai)
  • « Un ennemi du peuple »
    Tomas Stockmann a créé avec son frère un établissement de cure qui rend la ville, dont ce dernier est le préfet, prospère. Tomas est le médecin de l’établissement, mais il vient de se rendre compte que... Lire la suite (16 mai)
  • « Tchekhov à la folie »
    En 1887 la première pièce de Tchekhov, Ivanov est un échec. Il compose alors une courte comédie, qu’il appelle lui-même « une plaisanterie », L’ours . Le gros succès de cette pièce servira de tremplin... Lire la suite (15 mai)