Actualité théâtrale

Jusqu’au 20 juin 2012 au Théâtre La Bruyère

"L’or" de Blaise Cendrars

Qui ne se souvient de la merveilleuse histoire, contée par Blaise Cendrars, de Johann August Suter, ce jeune Suisse aventureux qui décida en 1834 de quitter femme et enfants pour s’embarquer pour le Nouveau Monde. Dans une langue flamboyante Cendrars nous entraîne à sa suite de New York à la Californie dans un voyage plein de périls. Mais l’aventure ne fait alors que commencer, qui mènera Suter à la gloire et à la richesse – il devient propriétaire d’un domaine immense et est fait Général - avant que la découverte de l’or ne le conduise à la ruine et la solitude. C’est aussi l’histoire d’un homme qui ne cesse de se battre mais finit vaincu, victime des changements de la société qui l’ont emporté.
Xavier Simonin a choisi de donner voix au texte de Cendrars et il s’est associé à l’harmonica de Jean-Jacques Milteau, qui a abandonné pour l’occasion le jazz, pour se plonger dans la musique populaire américaine du XIXème siècle. Le résultat est extrêmement séduisant. L’harmonica ouvre l’imaginaire, la musique s’adapte au rythme de la prose de Cendrars, l’acteur raconte, le musicien écoute, hoche la tête, l’acteur remue au rythme de la musique. C’est un véritable duo entre la voix et l’harmonica au service des phrases courtes, rythmées de Cendrars. La musique se fait ample dans les descriptions des paysages de l’Ouest américain, fiévreuse avec l’arrivée des chercheurs d’or. Une cafetière, des instruments bricolés tout comme son harmonica permettent à Jean Jacques Milteau de nous entraîner dans l’univers sonore de la conquête de l’Ouest et de la ruée vers l’or. Quelques ferrailles et une chaise comme décor suffisent à nous installer dans l’histoire du Général Suter et la voix de Xavier Simonin donne vie, force et passion au texte de Cendrars dont on redécouvre à quel point il fut aussi poète. Il faut d’ailleurs saluer la performance de l’acteur qui porte ce texte pendant toute la durée du spectacle. Pour les amoureux de Cendrars, pour ceux qui n’en ont gardé qu’un souvenir scolaire comme pour les enseignants qui souhaitent le faire découvrir à leurs élèves, on ne peut que recommander ce spectacle.
Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 20h45, le dimanche à 16h, initialement programmé jusqu’au 14 mai et prolongé jusqu’au 20 juin
Théâtre La Bruyère
5 rue La Bruyère, 75009 Paris
Le dimanche à 16h, le lundi à 20h30
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur
réservation impérative) : : 01 48 74 76 99

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)