Réformes de l’orientation

L’orientation, champ ouvert aux expérimentations !

Depuis l’annonce des fermetures des CIO et la mobilisation massive de la profession, le MEN s’est voulu rassurant mais a entretenu le flou sur ses intentions. A la lecture du discours du premier Ministre au congrès des Régions de France, le 27 septembre, on comprend mieux pourquoi !

Celui-ci s’est en effet livré à un long développement sur la révision constitutionnelle et l’article 34 qui permet aux régions d’adapter les lois adoptées et les règlements en vigueur sous couvert d’expérimentations. « Quand le législateur décide de remettre une politique publique entre les mains d’un échelon décentralisé, il faut que l’Etat respecte ce choix. Respecter ce choix, c’est donner aux collectivités concernées les possibilités d’innover, d’expérimenter, d’adapter » Il s’agit d’inscrire dans la révision constitutionnelle le droit à la différenciation, « afin qu’il soit plus simple pour une collectivité territoriale de différencier sa façon d’appliquer , de concevoir, de penser ou de mettre en œuvre une politique publique ». Le premier ministre en écho avec le rapport Cap 22 a également insisté sur la nécessité que l’Etat accepte de ne plus s’occuper du tout d’un certain nombre de missions et que pour certaines missions le périmètre de son action s’allège. L’orientation est malheureusement au programme de la rencontre du 1er ministre et de 17 présidents de région le 19 Octobre ! Sous couvert de limitation des normes, un certain nombre de circulaires et textes réglementaires pourraient être supprimés.

C’est donc en fonction des demandes d’expérimentation de chaque région que le MEN déciderait de ce qu’il va faire des CIO et des personnels !
Plus que jamais il faut défendre notre statut et nos missions nationales ainsi que des missions identiques pour tous les CIO dans tous les territoires !

Autres articles de la rubrique Réformes de l’orientation