Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Joao Pedro Rodrigues (Portugal-France-Brésil)

"L’ornithologue" Sortie en salles le 30 novembre 2016.

Fernando est un ornithologue passionné par ses recherches.

Il entreprend de descendre une rivière en kayak dans le but d’apercevoir l’espèce rare des cigognes noires.

Absorbé par son intense observation, il se laisse surprendre par les rapides et échoue, inconscient en contre-bas.

Il aurait pu périr si deux jeunes chinoises engagées sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle ne le découvraient pour le tirer de son agonie.

Elles le sauvent de la mort mais pour l’empêcher de repartir, elles le ligotent à la manière du martyr enchaîné et c’est là la première allusion à la vie d’un saint dont on découvrira, au fil des coïncidences, qu’il s’agit de Saint Antoine, une figure incontournable de la culture et de la société portugaise.

Le film de Joao Pedro Rodrigues commence à la manière d’un documentaire animalier avec l’observation d’un couple d’échassiers. L’intensité avec laquelle Fernando les observe, se relayant dans un nid ou des œufs incubent, conduisent à penser qu’il s’agit d’une simple histoire d’ornithologue.

Le naufrage de Fernando pris dans la tourmente des torrents jusqu’à son sauvetage par les deux jeunes chinoises ne préparent pas à ce que sera finalement le film.

Il faut arriver à l’image de Fernando ligoté à la manière d’un martyr pour découvrir que le déroulement du film ne sera pas linéaire, pas plus qu’il ne tournera autour de la simple observation des oiseaux, même si ceux-là restent présents tout au long du récit.

Cinéma : l'ornithologue

" L’ornithologue" se fonde sur un sous-texte religieux mais les symboles qui s’y rapportent ne sont lisibles qu’au second plan de telle sorte que le film peut se prêter à deux lectures. Il peut n’être vu que comme un film d’aventures puisque la caméra suit le personnage au fil d’un enchaînement d’événements ou comme une œuvre mystique.

Mais c’est dans les rencontres qui se produisent comme celle qui a lieu avec un berger qui se prénomme Jésus, que le récit rejoint l’histoire de Saint-Antoine qui avait tenu dans ses bras l’enfant Jésus dans une étreinte qu’il avait voulue garder secrète.

D’une part, l’on sait, dès les premières images du film, par les fréquents coups de fil qu’il donne à un ami, que Fernando est homosexuel. D’autre part, se basant sur l’idée de l’étreinte gardée secrète, le réalisateur donne à la rencontre avec le berger Jésus un caractère amoureux qu’il pousse jusqu’à l’acte sexuel.

Fernando, comme beaucoup des personnages des films précédents de Joao Pédro Rodrigues, est un être en constante mutation, sans cesse offert aux atmosphères contrastées qui rythment et relancent le récit.

Et c’est en lui prêtant la personnalité mystérieuse et fascinante de Saint Antoine qu’il le charge de mystère et rend hommage à la beauté d’un environnement foisonnant (la complicité avec la nature, la fascination qu’opère l’observation des oiseaux…)

" L’ornithologue" est un film hybride, une œuvre personnelle que les méandres du récit rendent parfois déconcertant mais qui finit par trouver tout son intérêt dans ces mêmes ruptures de ton.

La beauté des paysages et la présence charismatique de Paul Hamy ne sont pas étrangers au plaisir qu’on a de pénétrer dans l’univers cinématographique étrange et fascinant de Joao Pedro Rodrigues

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)