Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Shahrbanoo Sadat (Danemark-Allemagne-France-Luxembourg-Afghanistan-Qatar)

« L’orphelinat » Sortie en salles le 27 novembre 2019.

A Kaboul, à la fin des années 80, Qodrat, une quinzaine d’années, est un garçon de la rue qui survit en se livrant au petit commerce. Il propose aux passants, des porte-clés et à prix fort, à ceux qui n’ont pu s’en procurer, des tickets de cinéma pour des projections de films Bollywoodiens.

Un genre dont lui-même est friand, inconditionnel admirateur qu’il est des super héros qui viennent à bout de tous leurs ennemis.

Rattrapé par le police, il se retrouve à l’orphelinat alors que son pays, l’Afghanistan est en train de passer aux mains des moudjahidins.

Cinéma : L'orphelinat

L’orphelinat du film de Shahrbanoo Sadat n’est pas un établissement fermé et oppressant soumis à des règles draconiennes. C’est au contraire une sorte de refuge bienvenu qui accueille de jeunes garçons sans famille qui y trouvent chaleur et amitié. L’encadrement est souple, plutôt amical et les adolescents y jouissent d’une certaine liberté libérant la joie de vivre qui correspond aux besoins de leur âge.

Le film prend le temps de tracer le contour de quelques personnages saillants parmi les résidents et de plonger jusque dans leurs blessures cachées, dans ce que chacun recherche ou fuit de son passé et de ses racines. Qodrat bénéficiant désormais de la compagnie complice de quelques autres, n’a plus besoin d’avoir recours à l’univers combattant des films bollywoodiens. Il a trouvé à l’orphelinat l’apaisement dont il avait besoin et dont l’avait privé sa condition d’enfant de la rue obligé de trafiquer pour survivre.

Ce n’est que lorsque l’arrivée des moudjahidins confrontera le groupe de jeunes gens jusque là protégés à la terrible réalité de la guerre, que Qodrat, « reprendra les armes » et aura de nouveau recours aux modèles du héros des films bollywoodiens.

En dépit de la rugosité du sujet, de la lourdeur du contexte, d’une menace qu’on sent sourdre tout au long du récit, il se dégage de l’orphelinat, tout au long, un fond de joie de vivre.

Et même si on retrouve les personnages archétypiques inévitables de la victime et du dur à cuir, du rêveur et du petit chef, le trait n’est jamais appuyé et tout glissement vers le cliché est évité.

Ici, le responsable de l’établissement ne développe aucun goût du pouvoir et se comporte en sorte de grand frère.

L’intrusion brutale des moudjahidins crée d’autant plus un choc que rien ne l’avait annoncé et la séquence finale onirique où Qodrat anéantit la troupe des combattants renvoie à la rêverie, à un imaginaire salvateur.

« L’orphelinat  » est un film rude mais libre, qui ouvre sans cesse sur les chemins où on ne l’attendait pas.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)