Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

un film de Juan Antonio Bayona

"L’orphelinat" sortie le 5 mars

Présenté à la Semaine de la critique au dernier festival de Cannes et couronné du Grand Prix au festival de Gérardmer, "L’orphelinat" marque la persistance du cinéma fantastique espagnol. L’échine du diable et Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro, également producteur de ce film ou Les autres d’Alejandro Amenabar en sont des exemples significatifs.

Premier film de Juan Antonio Bayona, L’orphelinat croise habilement le thème de la maison hantée et celui de Peter Pan.
Trente ans plus tard, Laura, une ancienne orpheline accompagnée de son mari et de son fils adoptif de 7 ans décide de transformer l’orphelinat où elle a grandi en foyer pour enfants handicapés. Mais l’enfant qui joue avec des amis invisibles disparaît et Laura, pour tenter de le retrouver, devra aller au bout de ses hantises.
Plus que les rebondissements, le film est construit sur le principe des poupées gigognes, c’est le climat d’étrangeté que crée la mise en scène -mouvements de caméras qui transforment la maison labyrinthique en lieu de passage entre raison et surnaturel, bande sonore jouant sur la provenance des bruits, effets spéciaux réduits) et le jeu des acteurs. Interprétation à fleur de peau de Géraldine Chaplin dans le rôle d’une voyante et de Belén Rueda (découverte dans Mar adentro d’Amenabar) dans le rôle de la mère qui ne renonce pas.
Un film qui, à coup sûr, comblera les amateurs du genre.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La femme qui s’est enfuie »
    Seule pour la première fois depuis des années de vie conjugale au cours desquelles elle n’a jamais été séparée de son mari, Garrihee désemparée, va rendre visite à trois de ses anciennes amies. Alors... Lire la suite (28 septembre)
  • « Josep »
    Lorsqu’Aurel, dessinateur de presse, découvre le récit de Georges Bartoli sur la Retirada, illustré par des dessins de son oncle Josep, il est si impressionné par la force du trait qu’il désire faire... Lire la suite (28 septembre)
  • « Les héros ne meurent jamais »
    Par hasard, dans une rue de Paris, un inconnu croit reconnaître en Joachim un soldat mort en Bosnie le 21 août 1983. Or le 21 août 1983 est la date de naissance de Joachim. De plus en plus... Lire la suite (28 septembre)
  • « A cœur battant »
    Julie et Yuval était un couple comme un autre, amoureux, parents d’un beau bébé et vivant à Paris. Mais du jour au lendemain, ils se retrouvent face à la nécessité de vivre séparés. On propose à Yuval... Lire la suite (27 septembre)
  • « Ailleurs »
    Sans doute à le suite d’un accident, un garçon se retrouve suspendu, accroché à la branche d’un arbre par les sangles de son parachute. Délivré de cette posture, il se retrouve seul à tenter de trouver... Lire la suite (23 septembre)