Éditos

L’urgence d’une Europe plus sociale

Le Brexit ouvre une période de turbulences économiques et financières importantes pour le Royaume-Uni même si à terme, il est probable que ses relations économiques et commerciales avec les pays de l’Union changent peu

En revanche, cette secousse politique plonge l’Europe dans une phase institutionnelle et diplomatique complexe et relativement incertaine. Or que dire des premières réactions politiques des dirigeants français ! En proposant notamment un renforcement sécuritaire, ils s’appuient sur une analyse caricaturale du vote et du mécontentement des populations. Les raisons du Brexit sont bien évidemment multiples et hétérogènes, comme l’ont été les arguments du maintien. Il existe bien une récupération identitaire et nationaliste de la misère économique sociale et de la peur du lendemain.

Mais un grand nombre de mobilisations et d’expressions citoyennes mettent aussi en évidence les causes profondes des crises qui s’enchainent en Europe. Ainsi, dans notre pays, les choix libéraux, inscrits dans le marbre des traités et renforcés par les orientations de la Commission ou du Conseil européen sont bien à l’origine des contestations. La logique d’ensemble de la loi travail est en effet imposée implicitement par Bruxelles, la Commission européenne ,en échange, fermant les yeux sur un déficit budgétaire « excessif »de la France. Quant aux réorganisations qui ont provoqué les grèves récentes à la SNCF, elles découlent directement du projet de privatisation du rail en Europe programmée pour 2020.

Contre la gesticulation et les discours simplistes qui ont déjà commencé à fleurir et qui masquent mal la volonté de maintenir la logique libérale, il faut engager l’Europe sur une toute autre voie, alliant progrès social, solidarité et protection de l’environnement. Ce n’est certainement pas la logique financière, sécuritaire et mercantile qui le permettra.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • En 2018, je lutte
    En cette rentrée, le SNES-FSU vous adresse tous ses vœux pour une année 2018 riche en joies sur le plan personnel et professionnel. Souhaitons également que la combativité soit au rendez-vous, que... Lire la suite (19 janvier)
  • Suppressions « sans effet » ?
    On sait depuis octobre que le budget 2018 a prévu pour le second degré public la suppression de 2 600 emplois de stagiaires. Le ministère continue d’affirmer sans démonstration que ces suppressions... Lire la suite (Décembre 2017)
  • Quand le budget dicte sa loi
    « Sortons de l’entrée par les moyens quand on parle d’éducation, travaillons le qualificatif plutôt que le quantitatif. » Telle est, peu ou prou, la teneur des propos du ministre de l’Éducation... Lire la suite (Décembre 2017)
  • Un véritable choix de société
    Le tirage au sort infligé aux bacheliers souhaitant intégrer une formation non sélective parce que les capacités d’accueil étaient saturées a suscité un émoi bien légitime et assez consensuel. Les... Lire la suite (Novembre 2017)
  • Un message sans équivoque
    La journée de grève et de manifestations du 10 octobre à l’appel unanime des organisations a connu un réel succès chez les personnels de l’Éducation nationale. Très présents dans les manifestations... Lire la suite (Octobre 2017)