Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jean-Charles Hue (France)

"La BM du seigneur" Sortie en salles le 26 janvier 2011

La communauté Yéniche que l’on cite peu, contrairement à celle des roms, mais qui est parmi les gens du voyage le groupe le plus répandu en France, est originaire d’Europe. Elle s’est constituée à partir de paysans, de soldats mercenaires. Elle ne s’est pas fait connaître par ses musiques, ses danses, ses artistes…

Chez les Yéniches, le respect des aînés et la croyance religieuse n’excluent pas les activités illicites, la violence et le vandalisme.
Fred Dorkel, jeune père de famille craint et estimé de tous, vit du vol de voitures dont il prend commande. Mais tout va changer pour lui lorsque, une nuit lui apparaît un ange, et qu’au même moment, il se retrouve en possession d’un chien inconnu, comme tombé du ciel.
Pour Fred l’événement est un signe qui va lui dicter une nouvelle ligne de conduite. Il décide de rompre avec toute activité illicite mais ce choix va le mettre en porte à faux vis à vis de toute sa communauté. et cette reconversion, quoique dictée par la foi, ne va pas être facile à mettre en place.
"La BM du seigneur" est un documentaire fiction, un récit sans concessions qui ne mâche pas les mots, ne tourne pas autour du pot, ne tente pas d’adoucir les contours du sujet qu’il aborde.
La scène d’entrée du film donne le ton. Un jeune homme au volant d’une puissante voiture dont on a admiré les chromes rutilants à l’arrêt, entame un circuit au milieu du campement de caravanes, pied au plancher, au risque de provoquer un accident au sein même de sa propre communauté. Un vieil homme réveillé par les reprises du moteur sort de sa caravane, fusil au poing et tire en l’air.
La course du véhicule soulevant la poussière au cours de dérapages contrôlés n’émeut pas les habitants du camp qui semblent accoutumés à ce genre de démonstration virile.
Ainsi que l’ont fait Pasolini, Jean Genet ou d’autres, Jean-Charles Hue ne prend pas des précautions pour dire comment les choses se passent réellement dans cet univers difficilement pénétrable, régi par des règles morales souvent contradictoires.
Et ce sont les contradictions auxquelles est confronté le personnage de Fred qui constituent le cœur de son film. Tout à coup, dans l’existence réglée de cet homme qui vivait porté par la réputation qu’il avait acquise au sein de sa communauté, survient un événement qui le met face à un des éléments majeurs de sa culture, la foi. Or, le signe de Dieu qu’il reçoit le met en totale contradiction avec son activité de voleur de voitures qui ne lui avait jamais posé jusque là, le moindre état d’âme.
Jean-Charles Hue a su équilibrer son film entre documentaire et fiction. Il a surtout su donner sa place à la singularité du récit fictif et laisser planer sur celui-ci, une large part de mystère et de doute qui nourrissent tout autant l’émotion que la cruauté d’un monde méconnu.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)