Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Christophe Gans (France-Allemagne)

"La Belle et la Bête" Sortie en salles le 12 février 2014

.

En 1810, à la suite du naufrage de ses navires qui contenaient des cargaisons précieuses, un riche marchand se retrouve ruiné.

Au cours d’un éprouvant voyage, privé de sa monture et pris dans la tourmente d’une terrible tempête de neige, il trouve asile dans un château fantastique, celui de "la Bête" qui le considère comme un intrus et le condamne pour avoir voulu cueillir une rose qu’il destinait à Belle, la plus jeune de ses filles.

Se sentant responsable de ce qui est arrivé à son père, Belle décide de se sacrifier.

Elle se présente au château, mais contre toute attente, la Bête l’accueille et ils se trouvent face à face, chaque jour, au moment du repas.

Loin de Cocteau ou de Disney, Christophe Gans a voulu adapter de façon proche le conte original de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve qui était une métaphore des derniers sursauts de l’aristocratie.

Si Jean Cocteau ou même Walt Disney s’étaient éloignés de l’œuvre publiée en 1740, la question se pose de savoir si Christophe Gans, malgré son désir d’y parvenir, en aura fait une adaptation fidèle.

Seule l’intention reste lisible.

Car la réalisation elle-même, croulant sous la profusion d’effets spéciaux et une musique tonitruante, se dilue, se résumant à une suite d’images tapageuses, parfois agressives où le cliché prend le pas sur la moindre émotion et sur toute vraie trace de réelle féerie..

Si le film est un succès public, Léa Seydoux y gagnera sans doute des galons dont la privait une filmographie jusqu’ici, très respectable. Il maintiendra Vincent Cassel au rang de sa célébrité. Mais leur notoriété ne sera pas due à leur performance d’acteurs enfouie au plus profond dans cette mise en scène qui donne la priorité au spectaculaire.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)