Actualité théâtrale

au Monfort, jusqu’au 31 octobre

"La Compagnie des spectres" de et avec Zabou Breitman d’après le roman de Lydie Salvayre

Une vieille femme et sa fille, la quarantaine passée, vivent seules dans un petit appartement. Le loyer n’a pas été payé depuis plusieurs mois. Un huissier de justice s’est présenté à la porte. Il procède à l’inventaire des biens avant saisie et peut-être, une prochaine expulsion. Alors que le fille se montre courtoise envers l’employé inflexible pour tenter de l’amadouer, la mère pour qui le monde s’est arrêté en 1943, année de l’exécution de son jeune frère par la milice, voit dans cet intrus un milicien aux ordres de Darnand. Sa haine pour le maréchal Pétain qu’elle appelle Maréchal Putain, ressurgit ainsi que la compagnie des spectres avec lesquels elle se débat jour et nuit.
Entre Zabou Breitman et Lydie Salvayre, semble exister une solide complicité professionnelle.
Leurs noms se trouvent ensemble au générique de "La médaille" (au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 9 octobre, puis en tournée – voir) et les voilà de nouveau réunies pour "La Compagnie des spectres", spectacle pour lequel Zabou Breitman a adapté le roman éponyme de l’écrivain.
La comédienne metteuse en scène en a fait une adaptation efficace où le drame côtoie la drôlerie. La construction est savante, bien dosée et Zabou Breitman joue sa partition en grande technicienne du jeu théâtral. Elle prend en charge les deux personnages, celui de la mère et de la fille sans jamais déborder la ligne juste. La mère est délirante, débordante, elle fume ses mégots jusqu’au bout. La fille est effacée, conciliante et s’accorde parfois un légitime moment d’explosion. Il en résulte un spectacle impeccable, peut-être un peu trop, où l’émotion ne s’invite pas. Mais peut-être est-ce un choix et c’est peut-être mieux ainsi.
Les réserves qu’on peut faire à propos de ce spectacle n’empêchent pas le public d’applaudir à tout rompre une Zabou Breitman qu’il est heureux de voir en chair et en os, modeste et resplendissante.
Francis Dubois

Le Monfort
106 Rue Brancion 75 015 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) :01 56 08 33 88.
Voir notre présentation de saison et www.lemonfort.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)