ACTIONS ACTUALITÉS

La FSU dénonce la nouvelle attaque du gouvernement contre les retraité-es

La FSU dénonce la nouvelle attaque du gouvernement contre les retraité-es

Le Premier ministre vient d’annoncer la fin de l’indexation des pensions sur les prix. Au nom de la « maîtrise des dépenses » et pour « privilégier la rémunération de l’activité et rompre avec l’augmentation indifférenciée des allocations ». L’abandon de l’indexation sur les salaires au profit de l’indexation sur les prix mise en œuvre par les précédentes réformes des retraites a déjà porté un coup rude aux retraité-es puisque leur pension se dévalorise par rapport au revenu des actifs. Ce phénomène a été aggravé par le report des dates de revalorisation.

Après le gel des pensions en 2108, la revalorisation sera de +0,3% en 2019 et 2020 alors que l’inflation est de 2,3% en un an. Cette nouvelle attaque contre les retraité-es s’ajoute à une série de mesures régressives qui ont sérieusement dégradé leur pouvoir d’achat.

La FSU rappelle que la hausse de 1,7 point de la CSG depuis janvier 2018 se traduit par une perte moyenne de 500 euros par an pour 9 millions de retraité-es.

Au printemps, le gouvernement avait annoncé des mesures spécifiques pour 100 000 retraité-es. Mais le rapport parlementaire d’application de la loi fiscale n’a pas trouvé trace de l’application de cette mesure. Ce rapport confirme également qu’une majorité de retraité-es ne sera pas concernée par la suppression progressive de la taxe d’habitation prétendument destinée à « compenser » la hausse de la CSG.

Le gouvernement décide aujourd’hui d’une nouvelle perte de pouvoir d’achat des retraité-es. Cette décision prépare-t-elle de nouvelles mesures régressives pour l’indexation des pensions dans la future réforme des retraites ?

« Il faut contenir les dépenses » martèle sans relâche le Premier ministre. Mais, une fois de plus, le gouvernement élude la question d’un meilleur partage des richesses et poursuit sa politique libérale en faveur des plus riches. Quid de la suppression de l’ISF ? Des profits du CAC 40 qui se sont envolés cette année y compris pour des entreprises qui licencient ?

La FSU dénonce le refus du gouvernement de revaloriser les pensions des retraité-es. Elle demande des mesures immédiates pour améliorer leur pouvoir d’achat qui passent par une revalorisation significative des pensions calculées à minima sur l’inflation, le retour à une indexation calculée sur les salaires, la suppression de l’augmentation de la CSG et l’augmentation des APL.

Elle appelle également les retraité-es à poursuivre la signature des pétitions pour la suppression de l’augmentation de la CSG et à participer massivement aux deux journées d’action prévues les 3 et 9 octobre prochains.

Autres articles de la rubrique ACTIONS ACTUALITÉS

  • MATERIEL POUR L ACTION
    Pressurés et maltraités, c’est assez ! Nous sommes 17 millions de retraité-e-s : imposons-nous, exprimons notre colère ! Nous sommes particulièrement pressurés depuis 2013 : La liste est longue... Lire la suite (14 novembre)
  • Lettre ouverte LREM
    M. Gilles Le Gendre Président du groupe La République en Marche Assemblée nationale 126, rue de l’Université 75355 Paris 07 SP Montreuil, le 5 novembre 2018 Lettre ouverte Monsieur le Président... Lire la suite (12 novembre)
  • CR RÉUNION GROUPE DES 9
    Le groupe des neuf s’est réuni le 5 novembre au siège de la CFTC Les actions du 3, 9, 18 octobre ont confirmé la colère des retraité-e-s. Bonne couverture de presse le 3, 104 initiatives... Lire la suite (11 novembre)
  • APRES LE 18 OCTOBRE
    Après le 18 octobre : COMMUNIQUE Une nouvelle fois dans toute la France plus d’une centaine de milliers de retraités et retraitées se sont mobilisés. Ils étaient plus de 15 000 manifestants à Paris,... Lire la suite (24 octobre)
  • Communiqué de presse -FSU
    Les retraité.es en colère ! Premières mobilisations d’octobre A l’appel des neuf organisations de retraité.es (CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, FSU, FGR-FP, Solidaires, UNRPA et LSR), des délégations venues... Lire la suite (8 octobre)