Actualité théâtrale

Théâtre de Villeurbanne-Théâtre National Populaire du 10 au 21 décembre 2013

"La Jeanne de Delteil" D’après "Jeanne d’Arc" de Delteil. Mise en scène Christian Schiaretti.

En 1995, Christian Schiaretti s’inspire une première fois de " Jeanne d’Arc" de Joseph Delteil et en met en scène l’adaptation de Jean-Pierre Jourdain : " Fille du ciel et de la terre" montée pour la scène de la Comédie de Reims.

En 2005, la pièce rejoint le répertoire du TNP et le spectacle joué par Camille Grandville reçoit d’élogieuses critiques.

En 2010, Juliette Rizoud reprend le rôle de Jeanne d’Arc. Sa performance connaîtra le même triomphe critique et public.

Le public serait-il toujours acquis à un spectacle dont le succès a garanti la qualité du texte et de la mise en scène ?

Il a répondu présent aux quelques représentations qui ont été données sur le plateau du Théâtre 71 où il est allé, au moment du salut, jusqu’à la stand-ovation.

La première question qu’on se pose est de savoir pour quelles raisons, à sa création, le spectacle a soulevé tant de controverses.

Est-ce parce que Delteil balaie, avec son texte, la question de la réelle existence de Jeanne d’Arc et qu’il préfère nous faire exister en personne, "La fille belle des victoires".

De sa naissance à Donrémy jusqu’au bûcher sur la place du marché de Rouen, les faits sont rapportés, non pas du point de vue historique, mais de celui du cœur, l’organe essentiel qui impose son rythme et sera le seul de tous les muscles et organes à résister aux flammes et aux braises…

D’un côté, on peut effectivement saluer la performance de la comédienne qui fait montre d’une belle et insolente énergie.

Mais on pourrait tout autant lui reprocher ses excès de démonstration, ses mimiques expressives et sa gestuelle surlignée, poussées jusqu’à devenir redondantes et qui finissent par revenir parfois à une sorte de one-woman-show.

On peut admirer l’inventivité de la mise en scène, l’utilisation savoureuse du moindre accessoire qui, associé à un autre, devient un cheval, un juge du tribunal, une armée de soldats.

Mais on peut à l’inverse, reprocher à cette démonstration de savoir-faire, de devenir un théâtre d’accessoiriste.

On peut ne pas faire la fine bouche et se satisfaire du spectacle tel qu’il nous est donné. Mais même dans ce cas, on ne peut nier qu’une certaine lassitude s’installe.

Car, même quand l’énergie est là, quand le talent de l’interprète est indéniable, la répétition des "tours de main", une gestuelle expressive si maîtrisée soit-elle, un texte sans ruptures de ton, peut rendre un peu monotone la plus énergique des performances.

"La Jeanne de Delteil" est très applaudie.

Francis Dubois

8 Place Lazare-Goujon 69627 Villeurbanne

http://www.tnp-villeurbanne.com/

Réservation au 04 78 03 30 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)