Actualité théâtrale

Théâtre de Villeurbanne-Théâtre National Populaire du 10 au 21 décembre 2013

"La Jeanne de Delteil" D’après "Jeanne d’Arc" de Delteil. Mise en scène Christian Schiaretti.

En 1995, Christian Schiaretti s’inspire une première fois de " Jeanne d’Arc" de Joseph Delteil et en met en scène l’adaptation de Jean-Pierre Jourdain : " Fille du ciel et de la terre" montée pour la scène de la Comédie de Reims.

En 2005, la pièce rejoint le répertoire du TNP et le spectacle joué par Camille Grandville reçoit d’élogieuses critiques.

En 2010, Juliette Rizoud reprend le rôle de Jeanne d’Arc. Sa performance connaîtra le même triomphe critique et public.

Le public serait-il toujours acquis à un spectacle dont le succès a garanti la qualité du texte et de la mise en scène ?

Il a répondu présent aux quelques représentations qui ont été données sur le plateau du Théâtre 71 où il est allé, au moment du salut, jusqu’à la stand-ovation.

La première question qu’on se pose est de savoir pour quelles raisons, à sa création, le spectacle a soulevé tant de controverses.

Est-ce parce que Delteil balaie, avec son texte, la question de la réelle existence de Jeanne d’Arc et qu’il préfère nous faire exister en personne, "La fille belle des victoires".

De sa naissance à Donrémy jusqu’au bûcher sur la place du marché de Rouen, les faits sont rapportés, non pas du point de vue historique, mais de celui du cœur, l’organe essentiel qui impose son rythme et sera le seul de tous les muscles et organes à résister aux flammes et aux braises…

D’un côté, on peut effectivement saluer la performance de la comédienne qui fait montre d’une belle et insolente énergie.

Mais on pourrait tout autant lui reprocher ses excès de démonstration, ses mimiques expressives et sa gestuelle surlignée, poussées jusqu’à devenir redondantes et qui finissent par revenir parfois à une sorte de one-woman-show.

On peut admirer l’inventivité de la mise en scène, l’utilisation savoureuse du moindre accessoire qui, associé à un autre, devient un cheval, un juge du tribunal, une armée de soldats.

Mais on peut à l’inverse, reprocher à cette démonstration de savoir-faire, de devenir un théâtre d’accessoiriste.

On peut ne pas faire la fine bouche et se satisfaire du spectacle tel qu’il nous est donné. Mais même dans ce cas, on ne peut nier qu’une certaine lassitude s’installe.

Car, même quand l’énergie est là, quand le talent de l’interprète est indéniable, la répétition des "tours de main", une gestuelle expressive si maîtrisée soit-elle, un texte sans ruptures de ton, peut rendre un peu monotone la plus énergique des performances.

"La Jeanne de Delteil" est très applaudie.

Francis Dubois

8 Place Lazare-Goujon 69627 Villeurbanne

http://www.tnp-villeurbanne.com/

Réservation au 04 78 03 30 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)