Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Bertrand Tavernier (France)

"La Princesse de Montpensier" Sortie en salles le 10 novembre

1562, la France de Charles IX, aux prises avec les guerres de religion, est à feu et à sang. Alors que Marie de Mézières se destine au jeune Duc de Guise, son père, pour des raisons d’intérêt l’oblige à épouser le Prince de Montpensier. Elle se plie à la volonté paternelle mais sitôt mariée, le jeune Prince est appelé par Charles IX à partir combattre contre les protestants.
Marie, pour se tenir à l’abri des combats sanglants, se réfugie dans un château reculé en compagnie du Comte de Chabannes qui fut autrefois le précepteur du Prince de Montpensier.
A Champigny, la jeune femme met à profit son isolement pour parfaire son éducation sous l’égide du Comte mais elle ne parvient pas, malgré le temps et l’éloignement, à réfréner sa passion persistante pour le Duc de Guise…
Après l’épisode américain et le très réussi "Dans la brume électrique", Bertrand Tavernier éprouvait le désir de se plonger dans un film profondément français dont le récit aurait un rapport direct avec l’Histoire, la belle langue et les paysages. L’adaptation de la courte nouvelle de Madame de Lafayette convenait à son projet.

© Studio Canal

Si ce film, "La Princesse de Montpensier", s’attache essentiellement aux amours de Marie de Mézières dont la grâce et les charmes auront séduit à la fois le Duc de Guise, le guerrier balafré, Philippe de Montpensier, l’époux jaloux, le Duc d’Anjou homme sensible et cultivé ainsi que le dévoué Comte de Chabannes... il n’en néglige pas pour autant le contexte historique et laisse une place importante à la tension des conflits religieux et aux combats guerriers qui se multiplient à cette époque. Bertrand Tavernier s’attache autant à l’authenticité de ses personnages qu’aux décors où ils évoluent et il en résulte un beau film romanesque, beaucoup trop vibrant pour qu’il soit réduit au livre d’images qu’il aurait pu être.
Et d’une certaine façon, même s’il est l’adaptation fidèle de la nouvelle de Madame de La Fayette, s’il respecte à la lettre les faits historiques qui ont marqué ce milieu du seizième siècle et s’il est traité dans une forme classique, ce film a des accents résolument modernes. C’est sans doute ce subtil mélange, soutenu par une distribution de haute tenue, qui fait du film de Tavernier une œuvre à la fois forte et divertissante. Les quatre jeunes comédiens à qui il a fait appel et qui constituent le meilleur de la jeune garde du cinéma français, ont plus que l’énergie et l’élégance qui conviennent. Il ont une gestuelle libre et, pour dire les jubilatoires dialogues de Jean Cosmos, un phrasé à la fois moderne et respectueux de la "belle langue".
Bertrand Tavernier confirme ici qu’il est un de nos plus grands réalisateurs et ceux qui l’accompagnent dans l’aventure, qu’ils ont beaucoup de talent...
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)