Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marc Fitoussi (France)

"La Ritournelle" Sortie en salles le 11 juin 2014

Brigitte et Xavier sont un couple d’éleveurs de bovins en Normandie. Ils ont la cinquantaine, leur exploitation est prospère et leurs deux enfants ont quitté le giron familial.
Xavier, passionné par son métier ne ressent ni la solitude ni l’usure de son couple.
Ce n’est pas le cas de Brigitte, moins impliquée dans le fonctionnement de la ferme.
A l’occasion d’une fête chez de jeunes voisins, elle rencontre Stan, un garçon séduisant lassé de conquêtes féminines de son âge.
Brigitte prend leur complicité d’un soir pour argent comptant et, afin de le rejoindre à Paris, elle prétexte un rendez-vous chez le dermatologue qui pourrait enfin soigner les plaques d’eczéma qui apparaissent périodiquement sur son corps… Finalement l’aventure dont elle avait besoin ne se vivra pas avec Stan qui se révèle inconsistant et volage mais avec un voisin de chambre dans l’hôtel où elle est descendue, un suédois cinquantenaire et charmant.

Tout le monde est un peu mal à l’aise dans le film plutôt décousu de Marc Fitoussi qui nous avait ravis avec "Copacabana", déjà avec Isabelle Huppert en 2010, ou même avec "Pauline détective" avec Sandrine Kiberlain en 2012.
Le récit commence avec un concours de comice agricole où le premier prix est accordé à un taureau appartenant à Brigitte et Xavier. A cette occasion, lui, apparaît en vrai campagnard et elle, beaucoup plus décalée.
En toque de fourrure, elle brosse la bête pour la préparer au concours mais propose à son mari qu’on mette entre les cornes du taureau un diadème qui le conduirait à la disqualification.
L’épisode de l’exploitation est purement indicatif : il nous renseigne sur la situation sociale du couple et fournit quelques éléments de leur caractère. D’autres séquences nous apprennent que les "paysans" ne sont pas incultes et qu’ils lisent, écoutent de la musique et, du moins pour ce qui concerne Brigitte, savent qui est Italo Calvino.
Le long épisode qui suit est l’escapade parisienne de Brigitte avec tout ce qu’on peut imaginer de plus convenu sur les allées et venues d’une provinciale lâchée dans la capitale. Et ce n’est pas le moment où, à la suite d’un concours de circonstances, au lieu de roucoulades, Brigitte est amenée à faire la baby-sitter avec Stan, qui rehausse le déroulement du séjour.
La rencontre -et l’idylle- de la fermière avec Jesper, le dentiste suédois connaît des moments touchants et drôles mais comment rattacher le personnage de Françoise assistant Xavier au cours d’un vêlage avec la petite provinciale primesautière qui tombe dans les bras du quinquagénaire ? En tous cas, rien n’est fait dans le déroulement du récit pour que le raccordement des deux soit plausible.
Le retour de Brigitte à la ferme après son escapade -dont Xavier sait tout puisqu’il l’a suivie à Paris et l’a surprise avec Jesper- tombe dans le panneau de la scène de réconciliation entre le boulanger et sa femme (il ne reste plus à espérer que c’est un clin d’œil volontaire de la part de Fitoussi à "La femme du Boulanger"), avec allusion au taureau rendu dépressif par sa séparation d’avec sa femelle favorite.

On ne sait pas où a voulu aller Marc Fitoussi. S’il est allé dans le sens d’une vraie comédie ou s’il a voulu, en dressant le portrait de paysans actuels, nous initier à la vraie vie à la campagne. Ou s’il a voulu, à travers ces prismes nous parler de l’usure des couples quand les enfants sont partis vivre leur vie.
A défaut de convaincre en paysanne, Isabelle Huppert nous livre son jeu de comédienne irréprochable. Mais c’est peine perdue.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)
  • « Perdrix »
    Pierre Perdrix est la capitaine de gendarmerie d’une petite ville de l’est de la France. Il coulait des jours calmes auprès de sa brigade jusqu’à ce qu’arrive dans sa vie l’impétueuse et insaisissable... Lire la suite (15 août)
  • « Paris est toujours Paris »
    Coproduction franco-italienne où les deux pays intervenaient à égalité, ce qui est rare, le film de Luciano Emmer réalisé en 1951 a bénéficié d’une belle restauration et sortira sur les écrans le 14 août.... Lire la suite (12 août)
  • « Ricordi ? »
    Elle et lui se sont rencontrés à une fête, se sont tout de suite aimés et promis un amour sans failles. C’est une belle et grande histoire d’amour qui se raconte après coup, à travers les souvenirs... Lire la suite (30 juillet)
  • « Halte »
    C’est par hasard, en assistant à une scène de rue qui réunissait un groupe de personnes écoutant attentivement et respectueusement un « Socrate » en la personne d’un vieil homme qui en présentait toutes... Lire la suite (29 juillet)