Actualité théâtrale

 Théâtre du Rond-point, jusqu’au 19 février 2012

"La Trilogia degli occhiali" Partenaire Réduc’snes

"La Trilogia degli occhiali" de Emma Dante (en italien sur titré)

 
Le spectacle de Emma Dante, artiste italienne maintenant bien connue du public français et plus encore de celui du Théâtre du Rond-point, est constitué de trois courtes pièces ou chapitres intitulés." L’acquasanta", "Il castello della Zisa" et "Ballarini".

Les trois séquences n’ont à première vue rien à voir les unes avec les autres. Pourtant, à mieux y regarder, elles sont parfaitement complémentaires.Elles sont liées par les thèmes de la marginalité, de la pauvreté, de la vieillesse ou de la maladie.

Dans les trois pièces, les personnages portent des lunettes. Ils y voient mal et bien que mélancoliques quand ils se trouvent confrontés à des circonstances négatives extrêmes, ils savent faire preuve, le moment venu, d’une belle énergie et d’une imagination qui leur tiennent la tête hors de l’eau.

Du personnage de "Acquasanta" on sait qu’il a embarqué comme mousse à 15 ans et que depuis, il n’est jamais descendu du navire.

La terre ferme lui est étrangère et nous le découvrons ancré à la proue d’un bateau fantoche. Lorsque cesse au-dessus de sa tête, la trentaine de minuteries qui règlent sa vie, c’est pour lui, le silence et un profond sentiment d’abandon.

Or, un jour, le bateau a levé l’ancre sans lui.

Dans " Il castello della zisa" , il s’agit de Nicola. Il a les yeux bien ouverts mais il ne voit pas et son état nécessite la présence de deux femmes, l’une jeune, l’autre âgée, auprès de lui.

Elle lui assurent les soins que son état nécessite, le rudoient parfois et entretiennent sa vitalité en l’entrainant dans des jeux de ballon. Or, Nicola vit dans le souvenir de l’époque où enfant, il vivait chez sa tante dans le quartier populaire de Zisa, face à un château fabuleux habité par des diablotins et tout illuminé de petites étoiles dont il se disait être le gardien.

Mais aujourd’hui, Nicola a été destitué de ses fonctions et toute son insouciance, son imagination d’enfant, sont restées prisonnières des tours.

Dans "Ballarini" une vieille dame penchée au-dessus d’un coffre a le pouvoir d’illuminer le firmament dès qu’elle connecte une prise électrique au-dessus de sa tête.

Dans un coffre voisin apparait un homme qui lui sourit amoureusement puis l’entraîne dans une danse qui devient, après le premier baiser, un corps à corps fougueux, une étreinte éperdue. Jusqu’à ce que sonne minuit, qu’ils se souhaitent la bonne année et ouvrent une bouteille de champagne. Il ôtent leurs lunettes et, de leurs visages, leurs masques de vieux…

Avec "La trilogie degli occhiali" Emma Dante nous fait entendre sa musique très personnelle et nous fait pénétrer dans l’univers décalé du conte par des chemins inhabituels, entre trivialité et poésie.

Si les dérives narratives sont sans limite, elle ne perd pas de vue pour autant, les thèmes graves que ses textes véhiculent, ceux de la vieillesse, de l’isolement, de la maladie, de la pauvreté mais aussi, ces sentiments forts que chacun porte en soi mais qu’il n’a pas toujours les moyens d’exprimer.

Ici, chacun finit par trouver la possibilité d’évacuer les carcans. Le marin reprend la mer, Nicola retrouve une énergie et la force de son corps et la vieille jette son masque pour trouver une nouvelle jeunesse.

Un spectacle original et vivifiant.

 

Francis Dubois

 

Théâtre du Rond-point

2 bis Avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris

 www.theatredurondpoint.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)