Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Théorie du complot.

« La balle sainte » Luis Miguel Rocha, Folio/Policier

Polar : La balle sainte

Luis Miguel Rocha (1976-2015), écrivain portugais, est un spécialiste des jeux de pouvoir du Vatican. A partir de l’attentat sur le pape Jean-Paul II en 1981 qui explique le titre de cet opus, « La balle sainte », il construit toute une trame qui opère un lien entre des évènements qui se produisent aux quatre coins du monde. Son héroïne, la journaliste Sarah Monteiro, fera la preuve de la force de la théorie du complot.

Drôle, énigmatique, provoquant ce roman fait aussi découvrir la liturgie et ses raisons, le Vatican et ses secrets comme les fantasmes de l’auteur qui sait être convaincant dans ses délires.

Nicolas Béniès.

« La balle sainte », Luis Miguel Rocha, Folio/Policier.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Django Main de feu »
    Connaître la biographie de Django Reinhardt est difficile. Surtout son enfance et son adolescence dans cette zone à la limite de Paris dans les années 1910 – année de sa naissance – 1920. La... Lire la suite (1er mars)
  • « La Cité des Rêves », Wojciech Chmielarz
    . Wojciech Chmielarz est un des grands auteurs « noirs » polonais. « La Colombienne », son livre précédent, avait présenté ses deux doubles révoltés Mortka, l’inspecteur chargé des enquêtes – dit le « Kub... Lire la suite (25 février)
  • « Mémoires d’Amérique », John Edgar Wideman
    John Edgar Wideman est un des grands écrivains des Villes américaines qu’il sait investir via ses ghettos noirs. Philadelphie marquée par la présence de Benjamin Franklin, Pittsburgh par son aciérie... Lire la suite (11 février)
  • « Play Boy », Constance Debré
    Constance Debré, lesbienne revendiquée, se raconte sous les traits de « Play Boy », titre qu’il faut prendre dans tous les sens - d’interdit à giratoire. Un « Play Boy » dans le langage courant est un... Lire la suite (9 février)
  • Jean d’Aillon
    Jean d’Aillon poursuit les chroniques d’Edward Holmes et Gower Watson inspirées par Conan Doyle – il faut reconnaître l’intrigue – et habillées par les descriptions de la situation politique et militaire... Lire la suite (8 janvier)