Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

POLAR

"La bête de miséricorde " de Fredric Brown Une réédition nécessaire.

Chaque époque redécouvre, par le biais d’une nouvelle traduction – une nouvelle trahison, une autre manière de lire le texte original – des romanciers d’un autre âge. C’est le cas pour les polars. Une nouvelle traduction de Dashiell Hammett et c’est un nouveau plaisir. La fin de la seconde guerre mondiale avait vu la naissance de la Série Noire – un terme trouvé par Prévert, grand fournisseur de titres en tout genre – liée à la volonté de Marcel Duhamel de faire connaître cette branche de la littérature. Seulement, les traducteurs étaient tenus à un langage d’époque et à un format. La trahison était quelque fois totale. Ce fut le cas pour cet auteur à part, Fredric Brown. Il était amputé de son ironie, de sa mélancolie, de sa manière spécifique, noire, de voir le monde. Cette nouvelle traduction de « La bête de miséricorde » due à Emmanuel Pailler permet de le redécouvrir. Le traducteur – comme c’est la mode – explique ses choix dans une préface et ceux des traducteurs précédents. Une leçon.

Brown, à travers cette enquête sur un meurtre d’un jeune homme qui a survécu à l’horreur des camps, fait œuvre de philosophe. Il met en scène la faible frontière qui sépare la compassion de la barbarie, dans cette ambiance des années d’après guerre encore fortement marquées par l’horreur nazie. Il fait parler tous les protagonistes à commencer par le meurtrier. Le suspense ne réside pas dans la découverte ou non du coupable mais dans les réactions, les motivations de tous ces personnages qui vivent. Ils ne sont pas en papier glacé. A découvrir de toute urgence.

Nicolas BENIES.

« La bête de miséricorde », Fredric Brown, Point/Roman noir, Seuil.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Jean d’Aillon
    Jean d’Aillon poursuit les chroniques d’Edward Holmes et Gower Watson inspirées par Conan Doyle – il faut reconnaître l’intrigue – et habillées par les descriptions de la situation politique et militaire... Lire la suite (8 janvier)
  • « Power », Michaël Mention, 10/18
    Les années 1960 sont des années de mort, l’assassinat de John Kennedy en 1963, celui de son frère Robert le 6 juin 1968 et entre, celui de Malcom X le 21 février 1965 et de Martin Luther King le 4... Lire la suite (7 janvier)
  • Redécouvrir James Baldwin. (1924-1987)
    James Baldwin est un peu oublié ces temps-ci. Une erreur. Ses romans, ses articles restent des repères essentiels pour appréhender les États-Unis d’aujourd’hui et d’hier. La question blanche, une... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Dans la collection 10/18, Grands déctectives
    10/18 propose, dans la collection Grands Détectives : « Les premières enquêtes de Lizzie Martin », deux en l’occurrence : « Un intérêt particulier pour les morts » et « La curiosité est un pêché mortel... Lire la suite (Décembre 2019)
  • « Les variations de la citerne », Jan Wagner
    Le Père Noël n’est pas toujours nécessaire pour faire des cadeaux. Toutes les périodes de l’année sont propices. Par les temps qui courent – et vite – il est nécessaire de se référer plutôt à la Mère... Lire la suite (Décembre 2019)