Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Yesim Ustaoglu (Turquie France Belgique Allemagne)

"La boite de pandore" Sortie en salles le 29 avril

Une vieille dame a disparu. Les gens du village où elle vivait seule, alertent ses enfants, trois frères et sœurs que la nouvelle va surprendre dans leurs existences compliquées de quarantenaires affairés ou dilettantes.
Alors que la vie avait distendu leurs relations, ils se retrouvent au cours du voyage qui les conduit dans un petit village à l’est de la Mer Noire, une région très rurale marquée pas ses mines de charbon et son mode de vie prolétaire.
La vieille dame que sa fugue avait conduite dans la forêt est retrouvée mais ses enfants constatent qu’elle n’est plus en mesure de vivre seule.
Ils décident de la ramener avec eux à Istanbul. Alors qu’elle souffre de vivre entre les quatre murs d’un appartement en ville, le resserrement des liens entre ses enfants autour de son encombrante présence, fait ressurgir les tensions et les non-dits qui avaient miné leurs relations.
"La boite de Pandore" commence avec la description de la vie quotidienne au cœur d’Istanbul, ville où le très moderne et le très traditionnel se côtoient. SNES_LaBoiteAPandore
Le voyage en voiture qui suit, opère une transition entre l’extrême agitation de la capitale, la campagne désolée et ce hameau où vivait leur mère au fin fond d’une région rude et déshéritée.
La retour à la capitale et l’installation de l’aïeule chez l’une de ses filles représente le troisième volet du film. Il inclut la rencontre de la grand’mère et de son petit fils, l’un et l’autre victimes de circonstances qui, si elles ne sont pas similaires, les enferment dans une même frustration et les privent de la liberté à laquelle ils aspirent…
Le film entame là sa partie émouvante et même si la complicité entre les représentants des deux générations extrêmes était prévisible, on entre dans une autre dimension du récit, la naissance puis la description d’une complicité silencieuse, à la fois rude et douce entre deux êtres que tout devrait séparer.
On retrouve avec plaisir Tsilla Chelton qui avait déjà tenu un premier rôle au cinéma dans "Tatie Danièle" d’Etienne Chatilliez. Si elle joue au plus près de son personnage, elle donne à ce rôle de grand mère une distance et une ambiguïté tour à tour pathétique et savoureuse.
"La boite de Pandore" est la description d’un paysage humain universel à la fois familier et exotique.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)