Actualité théâtrale

Jusqu’au 16 juin au Lucernaire

« La cagnotte »

Cette pièce est avec Le chapeau de paille d’Italie la pièce la plus connue d’Eugène Labiche. Des notables de La Ferté-sous-Jouarre ont pris l’habitude de se réunir pour jouer à la bouillotte. Leurs gains alimentent une cagnotte qu’ils décident d’aller dépenser à Paris, après quelques discussions car leurs motivations sont diverses. De méprises en quiproquos ils se retrouvent privés de leurs biens personnels et de leur pécule, accusés d’être des voleurs et arrêtés. Ils parviennent à s’échapper de façon rocambolesque et se retrouvent dans une maison de rencontres où les quiproquos se poursuivent. Trouveront-ils le moyen de laver leur honneur et de revenir à leur chère petite ville ?

Théâtre : La cagnotte

Méprises sur les mots entendus et sur les situations entr’aperçues, tout est bon pour l’auteur pour souligner la naïveté, la bêtise, les petites manies et la pingrerie de ces petits-bourgeois de province. Les cascades de malentendus, s’enchaînant à un rythme frénétique, transforment ce voyage rêvé en cauchemar.

Thierry Jahn et la Compagnie La Bigarrure impriment à la pièce un rythme échevelé qui convient à la multiplication des rebondissements et des inventions comiques. Les acteurs déplacent les meubles, nous faisant passer de la table de jeu de La Ferté-sous-Jouarre au grand restaurant parisien puis à la maison de rencontres et il suffit aux comédiens de sautiller assis pour qu’on se croie dans le train qui les mène à Paris ! Ils sont six pour jouer tous les rôles. Ils chantent aussi, car Labiche avait décidé de parsemer sa comédie de chansons dont il avait écrit les paroles et qui étaient interprétées sur des airs populaires connus. Thierry Jahn a prévu sept chansons, dont il a écrit la musique, sur des airs inspirées d’opérettes comme celles d’Offenbach. Les comédiens sont donc aussi chanteurs et musiciens, jouant du piano et du saxophone. Il faut noter la belle voix de Céline Ronté qui interprète une Leonida toute en rondeur écrivant depuis des années des petites annonces pour tenter de rencontrer le grand amour. Xavier Fagnon de sa voix puissante incarne le pharmacien Cordembois lui aussi en quête de l’âme sœur. Quant à Christophe Lemoine, qui joue aussi du saxo, il incarne un Champbourcy commandant des pompiers, champion des idées reçues et des bourdes. Avec Meaghan Dendraël, Thierry Jahn et Vincent Ropion ils incarnent tous les personnages, savoureux, parfois bêtes à pleurer, parfois touchants aussi. Ils ont une énergie qui nous emporte dans un tourbillon de rires. Une très bonne soirée !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à19h, le dimanche à 16h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)