Actualité théâtrale

Au Théâtre de la Ville-Espace Cardin jusqu’au 29 avril

« La chose commune »

Avec ses espoirs d’une nouvelle société plus juste, plus libre, où les femmes auraient enfin droit à la parole au même titre que les hommes, plus démocratique aussi et avec sa fin tragique, qui a sonné le glas de tous ces espoirs, la Commune de Paris est inscrite dans nos mémoires depuis nos années lycée. Ce n’est pas un hasard si son souvenir renaît à l’occasion de la plupart des grands mouvements sociaux.

David Lescot, dont ce n’est pas la première incursion dans l’histoire – on pense à Ceux qui restent où il mettait en scène des souvenirs d’enfants du ghetto de Varsovie- a voulu revenir sur l’histoire de la Commune, un moment d’utopie, de jubilation, d’insolence, de tout ce que l’humanité peut avoir de plus généreux. Pour lui, « la Commune, c’est une affaire de résistance, de révolution et d’improvisation comme le jazz ». Il s’est donc associé au jazzman Emmanuel Bex, maître de l’orgue Hammond, pour raconter l’histoire de la Commune. David Lescot a écrit les textes en s’inspirant des grandes journées et des figures importantes de la Commune, telles que nous les livrent les historiens, Emmanuel Bex proposait des musiques en retour. La Commune a été un formidable creuset d’inventions sociales, une période révolutionnaire où l’énergie des hommes et des femmes était toute entière tournée vers la transformation sociale. C’est donc tout naturellement que les deux artistes ont souhaité un mélange des genres avec un spectacle mêlant théâtre, musique et interprètes aux talents multiples.

Le résultat prend la forme d’un concert assez inclassable, un concert qui parle d’un grand moment historique. La plupart des morceaux sont d’Emmanuel Bex, mais on trouve trace de la musique du Temps des cerises , de la chanson La canaille, que chantait aux Tuileries Rosa Bordas enveloppée dans un drapeau rouge, et de la chanson La semaine sanglante . David Lescot évoque les événements dans l’ordre chronologique, mais il ne les raconte pas comme un historien ou un pédagogue, il les rythme en jazz, accélère, accentue, s’essouffle, ralentit. Sa voix, qui dit les espoirs, les progrès de l’insurrection et son écrasement, devient un instrument de musique qu’accompagne Emmanuel Bex à l’orgue. Le slammeur new-yorkais, Mike Ladd offre sa voix rauque à la colère et à la révolte. Son anglais donne une dimension internationale à l’espoir de transformation révolutionnaire de la Commune. Géraldine Laurent s’envole en milliers de notes avec son saxophone, tandis que Simon Goubert épouse la violence avec sa batterie. Enfin Élise Caron, en robe de velours rouge sombre, à la fois chanteuse de jazz et actrice, fait vivre les héroïnes de la Commune, pas seulement Louise Michel mais aussi Elizabeth Dmitrieff, révolutionnaire russe envoyée par Marx à Paris, qui créa l’Union des Femmes pour la défense de Paris et qui s’illustra vêtue de sa robe rouge pendant la Semaine sanglante.

En mêlant musique et théâtre David Lescot et Emmanuel Bex ont trouvé une forme originale et marquante pour faire revivre ce grand moment de notre histoire, qui avait tout d’une vraie révolution populaire.

Micheline Rousselet

Du mercredi 19 avril au samedi 29 avril à 20h30, relâche le dimanche 23 avril

Espace Cardin

1 avenue Gabriel, 75008 Paris

Réservations : 01 42 74 22 77

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

En tournée ensuite, Marciac, Caen, Nevers…

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)