Actualité théâtrale

Maison de la Poésie Paris, jusqu’au 22 mai 2011

"La chute de la maison Usher" d’Edgar Allan Poe

Un jeune homme répond à l’invitation d’un ami d’enfance qui l’invite à faire un séjour dans la maison familiale où il vit cloîtré en compagnie de Madeline, sa sœur jumelle, atteinte d’une mystérieuse maladie.
A mesure qu’il approche de l’habitation, d’étranges sentiments et sensations occupent l’esprit du narrateur qui trouveront un écho avec les occupations quotidiennes où, pour lutter contre la mélancolie ambiante, Roderick l’entraîne. Ainsi, ils inventeront des chansons, composeront d’étranges dessins et s’adonneront à la lecture d’ouvrages ésotériques.

© E. Carecchio

A la mort de Madeline, le récit de Poe tourne au fantastique et la maison devient une entité vivante et peut-être même un véritable personnage.
Le spectacle que propose Sylvain Maurice à partir de la nouvelle d’Edgar Allan Poe tient à la fois du théâtre, du concert et de l’installation plastique.
Il est composé de deux temporalités différentes : le récit du présent au cours duquel le narrateur raconte son arrivée à la maison Usher et celui d’un passé qui se matérialise par des fragments d’images. Mais insensiblement les deux temporalités communiquent entre elles et l’espace temps évolue, mêlant l’un et l’autre jusqu’à ce que le passé révolu passe à l’état du présent..
L’installation scénique, entre concert et performance, devient dans la deuxième partie du spectacle, une scénographie plus figurative et référentielle et le décor se met à figurer plus distinctement la maison.
Sylvain Maurice s’est émancipé de Poe avec, entre autres, des chansons de Laure Bonnet qui se rapportent à chacun des personnages et les musiques du jazz man Alban Darche qui constituent un continuum musical..
On connaissait le conte noir qu’était la nouvelle de Poe sensé réveiller nos terreurs enfantines et malgré les digressions où s’égare parfois la mise en scène, notamment avec des jeux de lumières trop appuyés, le spectacle demeure une adaptation fidèle au récit originel.
On peut ajouter ce spectacle à l’actif et au sans faute de Claude Guerre et son équipe qui auront su conduire depuis maintenant quatre saisons, une programmation rigoureuse et cohérente qui donne à ce lieu magnifique une belle singularité
Francis Dubois

Maison de la Poésie Passage Molière 157 rue Saint-Martin Paris 3ème
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 54 53 00 www.maisondelapoesieparis.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)