Actualité théâtrale

Jusqu’au 22 novembre au Théâtre Les Déchargeurs

« La chute »

Dans un bar louche d’Amsterdam, un homme commence à parler à un consommateur. Il dit s’appeler Jean-Baptiste Clamence, être un « juge-pénitent » et avoir été autrefois un brillant avocat parisien, couvert de femmes. Il raccompagne son interlocuteur, mais le laisse à l’entrée d’un pont, disant avoir juré de ne plus traverser un pont la nuit, et lui donnant rendez-vous pour le lendemain. Durant cinq soirées, il va se raconter et parler de sa chute.

Le roman d’Albert Camus, écrit en 1956, a été souvent lu comme un règlement de compte avec Sartre, Clamence étant une sorte de double de ce dernier se définissant comme « un prophète vide pour temps médiocre ». Mais il y a plus dans ce texte, on y trouve une réflexion sur la culpabilité. Clamence, qui n’a rien fait quand une nuit, une jeune femme s’est jetée devant lui dans la Seine et qui a tenté de fuir sa culpabilité dans la débauche, ne peut échapper à son passé et a perdu toute illusion sur lui-même. Á la chute physique de la jeune femme répond la chute morale et sociale de Clamence.
Théâtre : La chute
Ivan Morane a mis en scène ce monologue et le joue. Tourmenté, cynique, parfois manipulateur, il se confesse et monte un procès où il passe de rôle en rôle, accusé, avocat, procureur, mais on peut se demander s’il ne cherche pas avant tout à répandre chez son interlocuteur le poison de la culpabilité. Il est tantôt inquiétant, tantôt pitoyable, toujours fascinant. Á ses côtés une femme, Silvia Lenzi, en longue robe noire moulante avec une guirlande de fleurs brodée sur l’épaule, joue du violoncelle et de la viole de gambe. On peut la voir comme la figure muette de la noyée, mais elle apporte aussi un écho aux paroles de Camus. Tous deux restituent admirablement l’atmosphère sombre et inquiétante du roman. La musique pousse à s’accrocher au texte de Camus et l’on se prend à l’écouter comme on ne l’a jamais lu.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h15

Théâtre Les Déchargeurs

3 rue des déchargeurs, 75001 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)