Actualité théâtrale

Jusqu’au 22 novembre au Théâtre Les Déchargeurs

« La chute »

Dans un bar louche d’Amsterdam, un homme commence à parler à un consommateur. Il dit s’appeler Jean-Baptiste Clamence, être un « juge-pénitent » et avoir été autrefois un brillant avocat parisien, couvert de femmes. Il raccompagne son interlocuteur, mais le laisse à l’entrée d’un pont, disant avoir juré de ne plus traverser un pont la nuit, et lui donnant rendez-vous pour le lendemain. Durant cinq soirées, il va se raconter et parler de sa chute.

Le roman d’Albert Camus, écrit en 1956, a été souvent lu comme un règlement de compte avec Sartre, Clamence étant une sorte de double de ce dernier se définissant comme « un prophète vide pour temps médiocre ». Mais il y a plus dans ce texte, on y trouve une réflexion sur la culpabilité. Clamence, qui n’a rien fait quand une nuit, une jeune femme s’est jetée devant lui dans la Seine et qui a tenté de fuir sa culpabilité dans la débauche, ne peut échapper à son passé et a perdu toute illusion sur lui-même. Á la chute physique de la jeune femme répond la chute morale et sociale de Clamence.
Théâtre : La chute
Ivan Morane a mis en scène ce monologue et le joue. Tourmenté, cynique, parfois manipulateur, il se confesse et monte un procès où il passe de rôle en rôle, accusé, avocat, procureur, mais on peut se demander s’il ne cherche pas avant tout à répandre chez son interlocuteur le poison de la culpabilité. Il est tantôt inquiétant, tantôt pitoyable, toujours fascinant. Á ses côtés une femme, Silvia Lenzi, en longue robe noire moulante avec une guirlande de fleurs brodée sur l’épaule, joue du violoncelle et de la viole de gambe. On peut la voir comme la figure muette de la noyée, mais elle apporte aussi un écho aux paroles de Camus. Tous deux restituent admirablement l’atmosphère sombre et inquiétante du roman. La musique pousse à s’accrocher au texte de Camus et l’on se prend à l’écouter comme on ne l’a jamais lu.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h15

Théâtre Les Déchargeurs

3 rue des déchargeurs, 75001 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)